Art de vivre
08:20 4 décembre 2019

Magasiner l’artisanat québécois au Salon des métiers d’art

Magasiner l’artisanat québécois au Salon des métiers d’art
Photo: Collaboration spéciale avec Benoît Rousseau

Une belle exposition d’artisanat de créateurs locaux s’annonce à Montréal à l’occasion de la 64e édition du salon des métiers d’art du Québec qui animera la Place Bonaventure du 6 au 22 décembre 2019. Il tombe à pic pour le magasinage de Noël!

Thématique

Cet évènement vise à encourager l’économie québécoise tout en mettant en valeur le travail de plus de 300 artisans. Plus que jamais d’actualité, les enjeux de l’écologie, du savoir-faire et de la qualité y seront mis de l’avant.

Dans l’idée d’inciter à la consommation responsable, le salon suivra le thème «Faites le plein d’art d’ici». Gastronomie, tannerie, poterie, forgeage, joaillerie, verrerie, menuiserie et beaucoup d’autres corps de métier y seront présents pour montrer leurs techniques et vendre leurs créations.

Les limonades de Lemo, les mélanges d’épices du Guerrier, les tricots de Chez Nous, les caramels de La Lichée, les foies gras de Canardises, les confitures de Simon Turcotte, les bijoux de Caroline Arbour, les créations en verre de Joy Biskin, les sacs en cuir de Partoem et les illustrations des Folies Passagères seront notamment présents.

Logistique

L’accès à ce salon des métiers d’art du Québec sera gratuit et les visiteurs pourront également profiter d’une zone bistro où prendre une pause gourmande, d’un espace-conférence, d’une zone de projection de films et d’une série d’ateliers. Il sera notamment possible de s’initier au forgeage à froid, sous la tutelle des forgerons professionnels des Forges de Montréal.

Porte-parole du salon, l’acteur et réalisateur Christian Bégin rappelle l’impact de nos choix en tant qu’acheteur tout en faisant l’éloge de la slow-consommation – ou l’art de prendre le temps de bien consommer.

«Les artisans nous rappellent que prendre le temps, c’est résister à la folle course du progrès qui édulcore nos vies et les rend insignifiantes. Acheter un objet d’artisanat, c’est encourager quelqu’un qui a pris le temps de le créer et ramener chez soi une partie de son effort et de son amour. Au-delà d’un geste de consommation, ça devient un geste politique, un geste d’affirmation de soi, qui perpétue les savoir-faire», dit-il.

Salon des métiers d’art