Vacances
21:17 5 avril 2016 | mise à jour le: 6 avril 2016 à 11:39 temps de lecture: 4 minutes

Quatre plantations à voir en Louisiane

Quatre plantations à voir en Louisiane
Photo: Andréanne Chevalier/Métro

Dans les plantations de canne à sucre du sud des États-Unis, la beauté des allées de grands chênes centenaires menant à des demeures imposantes se mêle au dur souvenir de l’esclavage. Pour se plonger dans cette époque, rien de tel que de visiter les grands domaines érigés sur les rives du Mississippi. Voici quatre plantations à voir, à environ une heure de route de La Nouvelle-Orléans, en Louisiane.

Houmas House, la décadente

VACANCES houmas house102_c100

Certains de ses chênes seraient âgés de 500, voire même de 600 ans. Ses jardins sont magnifiques et font rêver les jeunes gens qui y unissent leurs destinées. Un sous-marin datant de la guerre civile occupe un de ses bâtiments. Son intérieur fastueux a été restauré en respectant le style qui prévalait en 1829. Un de ses restaurants, le Carriage House, propose des plats originaux dans un décor digne d’un château. Bienvenue à Houmas House, surnommée le «palais sucré», une plantation qui éblouit par son faste.

Mais le domaine surprend aussi par son caractère particulier, à l’image de son propriétaire Kevin Kelly, un homme d’affaires à l’allure décontractée qui ne semble pas faire les choses comme tout le monde. M. Kelly a acheté le domaine en 2003 et il y vit au quotidien – pendant la visite guidée, on a pu voir ses lunettes sur sa table de chevet, et on sentait l’odeur de ses chiens dans sa chambre. Les touristes peuvent aussi passer la nuit à Houmas House – ce qu’on leur recommande chaleureusement! D’ailleurs, peut-être que M. Kelly lui-même les conduira en voiturette de golf jusqu’à leur chambre dans un des cottages aménagés avec luxe à ces fins, un peu plus loin sur la propriété, et qu’ils pourront en profiter pour discuter un moment avec lui. Dormir à Houmas House offre en outre une pause parfaite dans la tournée des plantations du coin, et permet au visiteur de siroter sans remords des Mint Julep au tout petit mais très convivial Turtle Bar, puisqu’il n’aura pas à prendre la voiture.

Notez qu’à Houmas House, la notion d’esclavage est évacuée. Cœurs épris de justice et d’histoire rigoureuse, soyez prévenus.

40136 Highway
942, River Road,
Darrow, LA
www.houmashouse.com

Oak Alley,  l’incontournable

VACANCES oak alley110_c100

Oak Alley est absolument majestueuse, avec son allée de chênes garnis de mousse espagnole et âgés de près de 300 ans. On raconte que Jacques Roman a fait construire la demeure en 1837 afin de retenir loin de la ville sa femme de 16 ans sa cadette, Celina, qui aimait un peu trop la vie trépidante de La Nouvelle-Orléans.

Aujourd’hui, Oak Alley est gérée par une fondation sans but lucratif qui veille à sa conservation et à sa mission éducative. Des quatre plantations présentées ici, c’est celle qui offre le plus d’informations sur l’existence des esclaves qui y ont vécu.

3645 Highway 18
(Great River Road), Vacherie, LA
www.oakalleyplantation.com

Evergreen, la modeste

VACANCES evergreen_c100

L’opulence n’est pas la caractéristique d’Evergreen. Par rapport aux autres, cette plantation établie par un fermier d’origine allemande en 1790 est relativement modeste. D’ailleurs, même si la maison semble imposante de l’extérieur – elle affiche, depuis qu’elle a été complètement refaite en 1832, des allures «Renaissance grecque» –, ses pièces sont plus petites que ce à quoi on pourrait s’attendre. Mais Evergreen, qui compte 37 bâtiments inscrits au registre national des lieux historiques (notamment 22 cabines d’esclaves, dont certaines peuvent être visitées), est la plantation «la plus intacte» du Sud. Elle est aussi toujours en fonction. Et, oui, c’est bien celle que vous avez vue dans Django Unchained.

4677 Hwy. 18, Edgard, LA
www.evergreenplantation.org

Laura, la matriarcale

VACANCES laura plantation_c100

Laura – nommée d’après Laura Locoul, née en 1861 – est une plantation qui a été dirigée pendant 84 ans par des femmes. D’ailleurs, parmi les ancêtres de Laura qui ont géré les lieux, on remarque son arrière grand-mère, Nanette, qui était canadienne française. Quand Laura était petite, 300 esclaves faisaient vivre cette plantation créole, où le coloré bâtiment principal servait de local d’affaires. Le domaine Laura offre depuis peu un tour guidé qui met l’accent sur les «relations complexes et provocantes entre les propriétaires, les esclaves et les hommes et les femmes émancipés de cette plantation».

2247 Highway 18, Vacherie, LA
www.lauraplantation.com

Le Louisiana Office of Tourism a assumé une partie des frais liés à ces visites.  

Photos: Andréanne Chevalier/Métro

Articles similaires