Culture

Un festival rescapé

Il faut croire que le tollé de l’été dernier entourant le manque de financement du Festival de Jazz de Montréal et la volonté avouée du maire de Toronto de faire de sa ville la capitale culturelle du pays aura eu raison des problèmes du Festival de Jazz…

«La programmation de cette année est historique, a affirmé le président et fondateur du Festival de Jazz, Alain Simard. À la suite du Sommet Montréal, Métropole culturelle, de l’automne dernier, les trois paliers gouvernementaux ont convenu de donner plus au Festival de Jazz de Montréal. Sans aucun doute, ce financement supplémentaire a son influence positive sur la programmation de cette année!»

En effet, le Festival plaide depuis plusieurs années pour recevoir plus de financement et voit cette année – après plus de dix ans d’un budget fixe -, ses vÅ“ux exaucés avec, en plus du financement privé, des centaines de milliers de dollars de plus que l’an dernier venant du domaine public. Ces fonds ont été principalement investis dans les activités extérieures et gratuites du Festival qui en est à sa 29e édition.

Programmation extérieure
Hier, au Métropolis, avait lieu le dévoilement de cette programmation extérieure bonifiée qui propose en 11 jours (du 26 juin au 6 juillet), plus de 375 spectacles extérieurs gratuits dont des légendes du jazz autant que des talents à découvrir. Des artistes d’une trentaine de pays sont au programme de cette édition dédiée à Oscar Peterson, pour présenter au public du jazz, mais aussi du jazz-électro, du blues, du hip-hop et de la musique du monde.

Pour n’en nommer que quelques-uns, Sagapool, The Lost Fingers, Bran Van 3000, Katie Melua, Leo­nard Co­­hen, Mo­ry Kan­té, Ricky Paquette, Guy Bé­lan­ger et Nanette Wor­kman seront du cru 2008.

Un festival en évolution
En plus du déménagement de quelques scènes dû à l’aménagement du Quartier des spectacles, d’une plus grande animation sur la rue Jeanne-Mance, de deux parades pour la famille, de plus de jeux pour les enfants et de plus d’écrans géants disséminés sur le site, le Festival propose cette année des nouvelles séries, les séances Ciné-jazz enrichies de prestations live de musiciens et des spectacles spéciaux comme celui sur Tom Waits ou sur Houdini en musique.

Pour la deuxième année consécutive, les mordus de guitare auront droit à un Salon de Guitare qui présente une exposition, des ateliers et des rencontres, toujours sur le thème de la guitare. De plus, nouveauté cette année, le deuxième Salon de Guitare de Montréal offrira une cinquantaine de miniconcerts donnés par des «pros» de cet instrument lors du premier week-end du Festival.

De son côté, le Salon des instruments de musique de Montréal offrira pour la quatrième année, du 3 au 6 juillet, l’occasion d’essayer les instruments des meilleures marques à travers différentes activités et ateliers.

Un Festival neutre
Comme toutes ces activités ont nécessairement des impacts sur l’environnement, le Festival de Jazz, qui attire chaque année plus de 250 000 touristes, a annoncé hier, pour la première fois, sa volonté d’être neutre en carbone.

Le Festival s’engage donc à compenser les émissions de carbone causées par l’événement, ce qui en fait le premier festival de cette envergure à être neutre en carbone en Amérique du Nord.

Articles récents du même sujet