Culture

Norah Jones fait le grand saut dans My Blueberry Nights

Tina Chadha, Metro New York

Norah Jones n’avait jamais joué dans un long métrage avant que Wong Kar-Wai ne la recrute pour son premier effort en anglais, My Blueberry Nights.

La première fois que le cinéaste a donné un coup de fil à la chanteuse, cette dernière était curieuse, pour ne pas dire plus. «Je n’ai pas su vraiment ce qu’il voulait. Nous nous sommes réunis dans un café à Soho. Il est très grand et il met toujours ses lunettes de soleil foncées, très mystérieuses. Et il m’a dit : « Alors, Norah, vous voulez faire un film? »» raconte-t-elle, en imitant le légendaire réalisateur de Hong Kong. Métro a rencontré la jolie chanteuse devenue actrice.

Comment Wong Kar-Wai a-t-il entendu parler de vous? Est-il l’un de vos fans?
Je n’en ai aucune idée! J’imagine qu’il a entendu ma musique, mais je n’en sais pas plus. Je suis un peu trop timide pour lui demander. J’ai reçu un appel et je ne savais pas qui était à l’autre bout du fil. J’étais en tournée quand il m’a contactée pour la première fois. Lorsque je suis arrivée à la maison, j’ai regardé In The Mood for Love [l’un des longs métrages de Kar Wai]. J’ai pensé que c’était magnifique. Je me suis
dit : « Veut-il toujours me rencontrer? »

Que s’est-il passé lorsqu’il t’a offert ce rôle?
Il a téléphoné et il m’a demandé : « Allez-vous faire ce film avec moi? » Il n’avait pas de scénario ni d’intrigue à me montrer. Sur le plateau, il changeait constamment les textes. Il a fallu que j’attende la toute dernière semaine de tournage avant de connaître le dénouement du film!

Comment vous êtes-vous préparée à jouer avec des acteurs professionnels?
Lorsque j’ai découvert qui étaient les acteurs avec qui j’allais jouer, j’ai été très nerveuse, parce que je n’avais jamais suivi des cours de théâtre. Wong Kar-Wai m’a dit de ne prendre aucune leçon; il voulait que je sois plus crue et naturelle.

L’an dernier, au festival de film de Cannes, la critique a encensé le film. Vous en
gardez de bons souvenirs?

Oh mon dieu! Oh mon dieu! Oh mon dieu! Pour moi, Cannes, c’était beaucoup de pression. J’ai dû regarder le film pour la première fois – n’ayant jamais fait de cinéma auparavant – devant un groupe de réalisateurs et d’acteurs célèbres. Ce n’était pas amusant. Mais, pour avoir été témoin de l’accueil chaleureux qui lui a été réservé, je suis très heureuse de l’avoir fait. Je suis vraiment fière de moi.

My Blueberry Nights
En salle dès aujourd’hui

Articles récents du même sujet