Culture

Une liste des événements jazz gratuits

Voici la programmation gratuite présentée par le Festival international de jazz de Montréal.  

La
Parade de la Louisiane, animée par le Swing Tonique Jazz Band et Swing
ConneXion, défilera chaque jour dès 17 h 15 au départ de la scène Rio
Tinto Alcan. Outre ce rendez-vous quotidien, une trentaine de séries de
concerts gratuits seront présentés sur l’une ou l’autre des 12 scènes
du site extérieur.

Les trois mégaconcerts gratuits du Festival
La
tradition se poursuit pour la 29e édition du Festival International de
Jazz de Montréal ! Trois mégaconcerts extérieurs gratuits se tiendront
sur la scène General Motors, scène principale du Festival. Pour
commencer en beauté, le Grand événement General Motors présenté le
jeudi 26 juin à 21 h 30, rendra hommage, avec Chapeau Mr. Cohen, au
grand poète, romancier et chanteur montréalais Leonard Cohen par les
prestations de nombreux artistes dont Katie Melua, Madeleine Peyroux,
Garou, Serena Ryder, Chris Botti, Zachary Richard, Buffy Sainte-Marie
et Thomas Hellman. Afin de célébrer en grande pompe son talent
incommensurable, une palette d’artistes – tous influencés par son Å“uvre
universelle et immortelle – foulera la grande scène du Festival. Au
menu : de toutes nouvelles versions de ses chansons, de nombreuses
surprises et beaucoup de plaisir ! À peine quelques jours plus tard,
lors de l’Événement spécial Bell, le mardi 1er juillet à 21 h 30, ce
sera au spectaculaire retour de Bran Van 3000, de convier tout le
quartier au plus gros block party que la ville aura connu !
Joignons-nous à ces milliers de « voisins » d’ici et d’ailleurs qui
prendront un coup de Rosé dans la chaleur de cette soirée d’été ! Déjà
10 ans qu’ils ont fait danser la planète pour la première fois, avec
Drinking in L.A : ça se fête… en grand ! On pourra même, grâce à Bell,
suivre l’intégrale du concert en direct ou regarder la prestation en
différé à l’adresse BV3K.sympatico.msn.ca. Le dernier mais non le
moindre, le Party de clôture Rio Tinto Alcan présente le brillant griot
guinéen et maître de la kora Mory Kanté, le dimanche 6 juillet à 21 h
30 qui, après une trop longue absence, débarque à Montréal avec, dans
ses bagages, une quinzaine de musiciens, une chaleur toute africaine,
ainsi qu’une version électrique – et électrisante ! – de sa world music
! Vingt ans après le succès fulgurant et planétaire de Yéké Yéké, ce
pionnier du rayonnement de la musique vient embraser le Festival!

Tente SIMM GM (angle Saint-Laurent et Sainte-Catherine)
La
série Guitarissimo, présentée par General Motors, sera choyée par la
visite d’un éventail de virtuoses de la guitare. Pour ouvrir cette
série, le côté libre du jazz, la rigueur des chambristes : voilà Perry
Smith, John Storie, Brady Cohan et Matt Roberts du New West Guitar
Quartet (26 juin), qui s’amènent au Festival avec leur 2e album, le
mélodique Wide Awake. Le guitariste québécois Stéphane Tellier (28
juin) – qui a, dit-on, du Django dans les doigts – figure
avantageusement parmi les meilleurs de sa génération dans le style jazz
manouche. Et que dire du chanteur et multi-instrumentiste Michael
Jerome Browne (3 juillet), qui fait figure d’incontournable sur la
scène blues au Canada ? Il nous fera apprécier sa vaste culture
musicale et sa capacité à colorer l’espace sonore avec guitare, banjo,
violon, mandoline et harmonica et nous présentera Double, réédition de
son 1er disque.

Pavillon Heineken (Parc des festivals, angle boul. De Maisonneuve et rue De Bleury)
Cette
année, Les 5 à 7 du Pavillon Heineken présentés par XM Radio Satellite
vibreront au rythme d’un jazz manouche tout à fait moderne, dès 17 h
30, pour toute la durée du Festival. Heureux – et étrange – mélange de
Django Reinhardt et de Samantha Fox, la musique des hurluberlus du trio
hétéroclite The Lost Fingers constitue un anachronisme musical
complètement déjanté ! Musiciens virtuoses amoureux du jazz manouche
autant que des succès kitsch des années 1980, ils viennent nous
présenter leur premier album, tout frais sorti en mai dernier, Lost in
the 80s.

Scène General Motors (angle Sainte-Catherine Ouest et Jeanne-Mance)
La
plus prestigieuse série de concerts extérieurs, Les Performances
General Motors, présentée à 21 h et à 23 h, verra se produire un
amalgame d’artistes tous plus intéressants les uns que les autres.
Entre autres concerts à l’horaire, le Travis Sullivan’s Bjorkestra (30
juin) réussit un exploit peu commun : celui de revoir d’une façon
originale un répertoire qui l’était déjà beaucoup. Pour sa part, le
chanteur soul 100 % britannique Nate James (4 juillet), avec sa musique
très groovy, au côté festif et à l’ambiance funk, privilégie un retour
aux solides bases de la musique funk : le oldschool. Et pour les
amateurs de tango, l’Orquesta Tipica Imperial (5 juillet) de Buenos
Aires est synonyme de richesse rythmique et harmonique avec trois
bandonéons, trois violons, un violoncelle, un piano, une contrebasse et
une voix.

En début de soirée, la série Les Gammes General
Motors, qui se déroule à 18 h, sera prise d’assaut le 27 juin par
Forestare et invités : 13 guitaristes classiques, un contrebassiste et
un chef d’orchestre énergique qui ont invité Alexandre Désilets,
Catherine Major et le rappeur algonquin Samian pour un spectacle où la
guitare sera à l’honneur ! Puis, un pianiste suisse établi à Montréal
depuis 1998, Félix Stüssi, qui s’est distingué l’an dernier, lançant
l’album Give me five, en plus de remporter, au Festival, le Grand Prix
de Jazz General Motors, s’offrira en quintette le 3 juillet (Félix
Stüssi Give Me Five). C’est aussi sur cette scène que se produira, le
samedi 5 juillet, toujours à 18 h, le gagnant 2008 du Grand Prix de
Jazz General Motors. On pourra connaître l’horaire des prestations des
musiciens en lice en consultant la grille de la programmation.

Scène du Carrefour General Motors (angle Jeanne-Mance et De Maisonneuve)
Comme
toujours, la série Contact General Motors se déroule en deux parties :
d’abord, à 18 h 30, avec, à titre d’exemple, Little Miss Higgins (28
juin) et son Junction City, un blues traditionnel, un son oldschool des
années 1930 et une prestation convaincante ; Small World Project (29
juin) et son spectacle avec de petits instruments – en fait, une
nouvelle version de la folie des grandeurs ! Et la fougue du jazz-swing
électrisant des quatre femmes énergiques de Christine Tassan et les
Imposteures (6 juillet) et de leur récent album, De bon matin !

Ensuite,
parmi les artistes qui se succéderont, cette fois à 21 h, notons les
six Montréalais de Sagapool (27 juin) qui nous visitent avec un nouvel
album, Épisode trois : lieu de virtuosité, carrefour d’idées joyeuses
et frétillantes, entre Nu-Jazz, musique du monde et cinématographique.
Le Sénégalais Seckou Keita (3 juillet), ouvert au métissage musical
avec les cultures européennes, de passage au Festival en 2006, nous
présente son dernier album, The Silimbo Passage. Et la musique de Rupa
& April Fishes (5 juillet) marie chanson française, raga, tango,
valse gitane et bossa-nova, et on y chante l’amour, la perte, le deuil
et la joie, avec sincérité et une évidente conscience sociale sur
Extraordinary Rendition.

Scène Rio Tinto Alcan (porte du complexe Desjardins)
Les
Soirées jazzy Rio Tinto Alcan, présentées à 20 h et 22 h, accueilleront
quant à elles Annie Sellick and The Hot Club (26 juin) dans un
spectacle jazz swing enjoué, projet de plus en plus populaire de la
chanteuse du Tennessee, au Festival en 2005. Aussi, l’élégance et la
sensualité, la maturité vocale et émotionnelle de Chantal Chamberland
(29 juin), qui vient nous présenter en primeur son tout nouvel album,
paru en mai dernier, The Other Woman. Et puis The Real Tuesday Weld (6
juillet, seulement à 20 h), avec les titres de The London Book of the
Dead (auquel ont participé les Puppini Sisters), rencontre entre la
musique des big bands britanniques des années 1930 – zeste de swing et
de cabaret – et l’électronica.

Scène de la Grande-Place du complexe Desjardins
Pour
une 20e année, retrouvez le maître de cérémonie Jacques L’Heureux et
son inoubliable personnage, Rémi, ainsi que La Bande Magnétik, le
quartette mené par James Gelfand, et la célèbre mascotte du Festival,
Ste-Cat, pour LE rendez-vous familial de cette 29e édition : La Petite
école du jazz ! Présentée par Rio Tinto Alcan, cette activité est la
meilleure façon d’initier les bouts de chou au jazz, ce spectacle
interactif et éducatif ravira petits et grands, même ceux qui n’aiment
pas l’école ! Présentée tous les jours à 11 h et à 13 h 30, du 26 juin
au 2 juillet. Puis, du 3 au 5 juillet, ce sera au tour de Super Mitaine
– une mitaine de four, à la ville ! – de sauver la journée des enfants.
Les tout-petits s’émerveilleront à coup sûr avec Les Aventures de Super
Mitaine, un spectacle de marionnettes présenté à 13 h 30, face à la
scène Rio Tinto Alcan.

Scène Loto-Québec (parc Fred-Barry)
Pour
nous faire apprécier ou découvrir de grandes pointures du blues, Les
Spectacles blues Loto-Québec, présentés à 19 h, demeurent un
incontournable ! Véritable passionnée de blues à la voix chaude et
éraillée, Angel Forrest (26 juin), performeuse née, offre des
interprétations vibrantes ; alors que la voix suave et enveloppante
d’Andrée Dupré s’accorde à merveille à la guitare de Jean Millaire,
figure dominante de la scène musicale québécoise pour des sons rock et
blues, tantôt jazzés, tantôt réinventés, où transpire une véritable
complicité (Jean Millaire Blues Band avec Andrée Dupré, 29 juin) ; et
que Back Door Slam (2 juillet), un power trio de jeunots britanniques
originaires de l’île de Man, assure en matière de blues rock et nous
livre un premier album, Roll Away.

Les Soirées blues
Loto-Québec, à 21 h et en reprise à 23 h, donnent rendez-vous à l’un
des harmonicistes les plus appréciés au Québec, Guy Bélanger (27 juin)
et à son habile mélange de blues, de folk-roots et de musique
instrumentale. Tandis que Mike Mattison et Paul Olsen (Scrapomatic, 28
juin) parcourent l’Amérique avec un tout nouvel album, l’énergique
Sidewalk Caesars : du blues, du gospel et du R&B, des chansons à
boire et une bonne dose d’humour noir. De son côté, respecté des
amateurs de blues et des grands guitaristes du genre, le Louisianais
Sonny Landreth (5 juillet), maître de la slide, précis, rapide et
toujours mélodique, présente son 9e album, From the Reach.

Club Jazz TD Canada Trust (parc Hydro-Québec)
Les
Soirées jazz TD Canada Trust, toujours aussi appréciées avec leur
double formule (spectacle de 19 h repris à 22 h), recevront une
panoplie d’artistes de haut niveau dont l’un des batteurs émergents du
jazz canadien, l’Ontarien Joel Haynes, et ses vieux chums (Joel Haynes
Trio featuring Seamus Blake, 28 juin). Aussi, les frères Toussaint –
Eugenio au piano, Enrique à la basse et Fernando à la batterie : une
page d’histoire du jazz mexicain qui, avec près de 40 ans de jeu en
famille, ont fait de Sacbé (4 juillet) un trio jazz top niveau, à la
complicité hors pair. Le contrebassiste Marcus Shelby, après des études
avec Charlie Haden, devenu un compositeur-arrangeur-directeur musical
de plus en plus respecté, en jazz mais aussi au théâtre, au cinéma et
en danse, sera avec la chanteuse Faye Carol et sa formidable intensité
(Marcus Shelby Quartet Featuring Faye Carol, 5 juillet).

Scène du Festival (avenue Président-Kennedy)
Au
programme de la série Les Rendez-vous, présentée à 20 h et 22 h, on
pourra apprécier les mélodies d’une sensibilité unique et la voix
féminine aérienne de la formation indie folk-rock-pop montréalaise The
Blue Seeds (26 juin), dont le premier album éponyme, sorti récemment, a
été vivement remarqué. Viennent également les histoires de femmes de 3
Na Massa (29 juin). Elles sont 13, plus précisément, à avoir collaboré
au trio brésilien 3 Na Massa pour parler de leurs expériences
amoureuses, qui ont inspiré la sensualité des chansons. Et surtout le
collectif Zita Swoon (1er juillet) qui ressemble à une tribu
cosmopolite. La musique ? Blues, pop, funk, soul, rock écorché,
influences afro-cubaines, plume trempée dans la langue anglaise ou
française, suaves balades teintées de folk…

Scène Bell (Parc des festivals, angle Clark et Sainte-Catherine)
À
20 h, la série Les Tropiques Bell présente des artistes de renommée
internationale, comme le multi-instrumentiste colombien Roberto López,
qui nous visite avec son orchestre polyculturel dans une primeur
dansante de ce que sera leur album qui sortira plus tard en 2008
(Roberto López Project, 27 juin). Puis, Mana Ibrahima Idrissou, alias
Idy Oulo (30 juin), chanteur et guitariste camerounais amoureux du
Québec, vient nous faire découvrir l’album Ténèbres. Finalement, Grupo
Fantasma (6 juillet), qui excelle depuis 10 ans dans le funk latin,
mâtiné de cumbia, de salsa et de psychédélisme, nous arrive avec son
nouvel album, Sonidos Gold.

Pour sa part, la série Groove Bell
(à 22 h) prouve à merveille cette année encore qu’elle porte son nom à
juste titre ! Pour nous faire groover, donc, voici le New Groove
Orchestra (3 juillet), qui s’est concocté un son
jazz-funk-R&B-hip-hop au groove irréfutable, très funky et
contagieux. La véritable bête à deux têtes de Beast (5 juillet) propose
une musique puissante, genre de trip-hop corsé, où la voix grave,
puissante et sensuelle de Béatrice Bonifassi se mêle aux ambiances,
rythmes et mélodies de Jean-Philippe Goncalvès. Enfin, le compositeur
multi-instrumentiste, Kim Gaboury, alias aKido (6 juillet), talentueux
poète musical mélancolique, explore les dimensions parallèles de la
musique rock et électronique. Ses pièces décomposent un univers planant
et lumineux plutôt singulier dans un trip-hop dansant à l’étrange
ambiance cinématographique.

Scène CBC / Radio-Canada Best Buy (esplanade de la Place des Arts)
La
scène de la série Les Brunantes Best Buy sera foulée à 21 h et 23 h
par, entre autres, les sœurs trombonistes solistes Mimmi et Karin
Hammar, qui dirigent le quintette Sliding Hammers (29 juin), dont le
swing et les mélodies nous rappellent certains géants des années 1950 ;
le Simon Legault Quartet (3 juillet), avec l’album Misrememberings, au
matériel mature, cool et groovy, et dont les mélodies accrocheuses
témoignent non seulement de talent, mais aussi de sens du dialogue ; et
le guitariste montréalais Antoine Berthiaume (4 juillet), friand de
jazz, de musique contemporaine et de rencontres inspirantes, qui
s’amène en trio avec Clinton Ryder à la contrebasse et Isaiah
Ceccarelli à la batterie.

Salon Jeanne-Mance (Hyatt Regency Montréal, hôtel officiel du Festival)
Pour
terminer la soirée en musique, chaque soir dès 23 h, les Jams Sessions
TD Canada Trust présentés par XM Radio Satellite seront animées par le
pianiste polyvalent John Roney et son trio de haut niveau, que
complètent Zack Lober à la basse et Jim Doxas à la batterie. Ensemble,
ils improviseront l’ambiance parfois feutrée, parfois enlevée de ce
très populaire rendez-vous de fin de soirée auquel se joindront
certainement plusieurs des artistes inscrits à cette 29e programmation.
À noter que la Carte des Amis du Festival donne un accès exclusif et
gratuit aux Jam Sessions TD Canada Trust. Places limitées (18 ans et
plus).

Savoy du Métropolis (59, rue Sainte-Catherine Est)
À
partir de minuit, la série Nightcap Heineken convie les noctambules à
se joindre, d’une part aux deux projets du chansonnier électronique JF
Lemieux : d’abord avec Jedi Electro (26 juin au 29 juin), dans un jam
de groove électronique qui nous fera danser pour sûr puis, pour les
amateurs de rythmes du monde, dans Africana Soul Sisters (30 juin et
1er juillet), sorte de groove de percussions à saveur africaine, pour
continuer de bouger ; d’autre part, les musiciens, compositeurs et
arrangeurs de Bob & Bill (2 au 5 juillet), qui viennent de sortir
Crime Report, allieront expérimentation électroacoustique, sonorités
instrumentales et musique électronique, dans un tout riche et
organique, à caractère intimiste et d’ambiance cinématographique,
inspirant un scénario sombre, étrange et intrigant…

Articles récents du même sujet