Culture
21:53 25 juin 2018 | mise à jour le: 25 juin 2018 à 22:03 Temps de lecture: 3 minutes

American Animals: Comme dans un film

American Animals: Comme dans un film
Photo: The Orchard

Oubliez Ocean’s 8. Le grand film de casse de l’été se nomme American Animals et il est offert par le réalisateur Bart Layton.

C’est l’incroyable histoire vraie de quatre adolescents qui, par ennui ou pour s’en mettre plein les poches, se mettent en tête de voler des livres rares estimés à plusieurs millions de dollars.

«Ce sont de jeunes hommes de milieux privilégiés qui pensaient que leur vie allait être spéciale, incroyable et qui se rendent compte, comme la grande majorité d’entre nous, que ça ne sera pas le cas, explique le réalisateur au bout du fil. À notre époque, une existence normale, banale, est synonyme de médiocrité, d’échec.»

Alors, le groupe d’amis – qui comprend Barry Keoghan, terrifiant dans The Killing of a Sacred Deer – décide de faire comme s’il était au cinéma, plongeant dans le Killing de Kubrick tout en imitant Reservoir Dogs de Tarantino. Une façon d’être enfin réellement, de vivre une aventure, en prévision du coup du siècle qui les rendra célèbres… La mise en scène de Layton, extrêmement travaillée et énergique, reflète d’ailleurs cet état d’esprit particulier.

«Il y a une absurdité dans leur quête, relate le cinéaste britannique, en parlant de l’humour qui coule à flots. Ils sont perdus dans leurs fantasmes qui vont trop loin et ils franchissent une ligne sans pouvoir revenir en arrière.»

«C’est une expérimentation afin de trouver une nouvelle façon de raconter une histoire vraie au cinéma.» – Bart Layton, cinéaste, à propos de son film American Animals

Hybride
Contrairement à I, Tonya, à Molly’s Game et à tous ces biopics sardoniques à la sauce Bling Ring, American Animals arrive à s’affranchir du moule en place.

«Il y a tellement de films inspirés de faits vécus avec les archives à la fin que je voulais faire autre chose, développe le scénariste. Il y avait là matière à amener un regard inédit sur le genre.»

Bart Layton y parvient en brouillant constamment la ligne entre le vrai et le faux. De la fiction, l’opus débouche sur le documentaire lorsque les véritables protagonistes débarquent à l’écran, décrivant les actions des comédiens embauchés pour jouer leur propre rôle!

«Je ne voulais pas que le public s’échappe dans le monde purement fictif du film, où les conséquences des gestes des personnages ne nous affectent pas, note le créateur. Non seulement tu as ton film de braquage divertissant, mais tu as également accès à l’intériorité de ces êtres.»

Cette fascinante narration hybride, que n’aurait pas reniée Errol Morris ou Werner Herzog, était déjà présente dans The Imposter, le documentaire précédent de Layton, qui regorgeait également de protagonistes aux souvenirs pas toujours fiables.

«C’est toute une expérience que je voulais faire vivre aux gens, avoue le réalisateur. Au fil du récit, on se surprend à sympathiser avec ces jeunes hommes. On ne serait pas assez stupide pour faire ce qu’ils ont fait, mais on finit, sans s’en apercevoir, par s’identifier à eux.»

Présentement en salle

Articles similaires