Culture

7e ciel: on craque pour «Pêle-Mêle», «Candyman», «Venice VR Expanded»…

Disponible sur les plateformes d’écoute Photo: Lawrence Fafard

Les journalistes de Métro vous livrent leurs sept coups de cœur culturels de la semaine dont l’album Pêle-Mêle de Valence, le film CandymanVenice VR Expanded au Centre PHI et d’autres.

Pêle-Mêle de Valence

Le gagnant de l’édition 2020 des Francouvertes fait sa rentrée. Vincent Dufour, a.k.a Valence, propose ainsi un premier album chic et sympathique. Pêle-Mêle compte 11 chansons que l’artiste originaire de Québec qualifie lui-même de «viscérales» et pour lesquelles il a su bien s’entourer. Comme sur la pochette, le soleil inonde dans chacun des titres où son élégante voix surfe avec finesse et légèreté sur des mélodies éclectiques. Valence nous livre ici ses souvenirs qui, lorsque l’on porte attention aux paroles, ne sont pas tous sans nuages. Grâce aux premiers extraits, dont Rosier et America, on devinait que le musicien s’était donné corps et âme et cela se confirme avec des perles comme les pièces Pêle-Mêle et Entre-Deux.
Amélie Revert

Candyman

Le classique de l’horreur des années 1990 revient hanter les miroirs avec une suite-remake à la sauce 2021. La réalisatrice Nia DaCosta perpétue la quête de Jordan Peele de livrer des films engagés sous trame de fond horrifique. Candyman est ainsi plutôt discret dans le gore et la peur, mais fort en symbolisme et réflexions. Grâce à sa réalisation soignée, tout en jeux de reflets, ce nouveau long-métrage relance de manière actuelle la mythologie du tueur au crochet. 
En salle
Martin Nolibé

Venice VR Expanded

À la suite du succès de la première édition de l’année passée, le Centre PHI propose de nouveau les œuvres de réalité virtuelle présentée lors de la 78e Mostra de Venise. Plusieurs dizaines de films sont ainsi au programme, dont de nombreuses premières mondiales. De notre côté, nous nous sommes laissés entraînés par laideur de l’humanité et de la Terre dans le magnifique Samsara (notre photo) de Hsin-Chien Huang. Mention spéciale à Tearless qui explore les traumas dans un centre de détention pour femmes en Corée du Sud.
Jusqu’au 19 septembre
Amélie Revert

Les lumières ont tué la nuit

Avec ce micro album, l’inclassable artiste queer Claude l’Anthrope se met en mode new wave et offre d’irrésistibles chansons mélodiques et refrains accrocheurs. La mainmise des machines et le désir d’être touché sont des thèmes qui évoquent Kraftwerk, alors que les claviers et synthétiseurs résolument pop rappellent les belles années d’Indochine. Le désir de transgresser le genre est grand et l’artiste y arrive avec une facilité déconcertante et une efficacité presque perverse.
Lancement ce vendredi au Palais Ontario
Martin Gignac

La Une

À l’aube de la deuxième vague de pandémie, l’équipe d’enquête du quotidien La Presse fait le tour de ses sujets pour la rentrée. Mouvements anti-masques, pédophilie, #MoiAussi, travail au noir dans les CHSLD… Cette série documentaire nous plonge dans le vif de chaque histoire et des journalistes qui s’efforcent de les faire vivre, quitte à y laisser des plumes. Une introspection passionnante et riche en émotions dans le quotidien de ceux qui font l’info.
Tous les mardis 21h à Télé-Québec
Martin Nolibé

Pomme Grenade

La poète et slameuse Elkahna Talbi frappe fort avec ce magnifique recueil de poésie qui explore brillamment la notion d’identité au plus profond de l’intimité. Quand le désir n’a d’autre choix que d’être politique à cause des injustices et inégalités raciales. «Femme/Amour et/Mélamine/soit c’est l’exotisme/voyage de courte durée/soit c’est la soeurzone/rétrogradée à vie/inter SUCK tionnalité», écrit celle qu’on connait aussi sous le pseudonyme Queen Ka. Plusieurs passages de cet ouvrage nous ont coupé le souffle, comme cette allusion aux fameux crayons «couleur peau» de notre enfance, ou comme elle le décrit, «ce crayon qui m’efface».
Aux Éditions Mémoire d’encrier
Marie-Lise Rousseau

Sac à surprise de KNLO

Un an après son dansant Club Mixtape 2020, le prolifique rappeur est de retour avec un nouvel album vitaminé. S’il démarre avec des beats évoquant le rap américain des années 1990, il revient à des sons plus festifs à mi-parcours avec les hits Camping et Nés prêts. KNLO pose un regard oblique et poétique sur la vie, comme lorsqu’il dit : «Le globe est un shit chaud». Mention à Une seule langue, dont le refrain – «On a 2 joues/Bien accotées sur 2 lèvres/2 beaux yeux/Mais une seule langue» – s’écoute comme une version pour adultes de la comptine J’ai deux yeux de Passe-Partout.
Marie-Lise Rousseau


Et on se désole pour…

La disparition de Bébel

«Si vous n’aimez pas la mer, si vous n’aimez pas la montagne, si vous n’aimez pas la ville, allez vous faire foutre.» Jean-Paul Belmondo prononçait cette réplique culte dans À bout de souffle de Jean-Luc Godard qui l’avait révélé au grand public en 1960. Depuis, le comédien français – icône de la Nouvelle Vague et cascadeur renversant – avait tourné dans quelque 80 films, de Pierrot le fou à L’as des as. Le Magnifique s’est éteint lundi, à 88 ans, et les cinéphiles pleurent…
Amélie Revert

Articles récents du même sujet