Culture

Smashed: à en tomber dans les pommes!

Photo: Yves Provencher/Métro

Pour le commun des mortels, qui a de la difficulté à s’envoyer une balle d’une main à l’autre sans l’échapper, il y a quelque chose de fascinant chez les jongleurs. Mais un spectacle complet de jonglerie? Avec des pommes? Dans quoi s’embarquait-on en allant voir Smashed, des «british» de Gandini Juggling?

La réponse, on l’a eue plutôt rapidement : une heure de ravissement, de rire et de «wow»! Prenez sept hommes en costard et deux femmes en petite robe, tantôt pince-sans-rire, tantôt cabotins, tous aussi bons en jonglerie qu’en danse et en comédie, ajoutez une multitude de pommes, des chorégraphies inspirées de celles de Pina Bausch et une trame sonore de feu aux accents vieillots, et vous aurez une bonne idée de ce qui vous attend.

Au départ, c’est une simple enfilade de jongleries simples avec trois pommes, au son de I Always Wanted To Waltz In Berlin, de Little Jack Little, qui nous entraîne dans le monde de Gandini et de sa troupe. Déjà, il y a là quelque chose d’hypnotisant, et plus le spectacle avance, plus les numéros deviennent impressionnants. Imaginez un instant jongler à deux, les bras croisés avec son partenaire! Ou réussir à aller donner une claque sur la joue de celui-ci tout en continuant à jongler, ou prendre une bouchée de l’une des pommes avec lesquelles on est en train de jongler, sans pour autant échapper les autres? Plutôt impressionnant!

Cela dit, en dépit de leur talent, les neuf acrobates ne se prennent jamais trop au sérieux, et l’humour teinte indéniablement l’ensemble (on pense à ce Stand By Your Man, de Tammy Wynette, alors que les deux femmes marchent à quatre pattes devant les hommes qui jonglent sur leur dos, et à cette savoureuse chorégraphie où un des jongleurs tente avec détermination de déconcentrer ses comparses). Et si les fans de Pina Bausch (ou encore ceux qui ont vu le fabuleux documentaire de Wim Wenders) en reconnaîtront le style, les autres n’auront aucun mal à apprécier la beauté des chorégraphies, jusqu’à la finale complètement disjonctée sur un air d’opéra, où pommes, service à thé et chaises volent en éclats au rythme des rires du public.

C’était une première en Amérique du Nord pour Gandini Juggling, et on espère vivement que ça ne sera pas la dernière!

Articles récents du même sujet