Culture

Métro au 7e ciel

Cette semaine, on craque pour… Hasta La Vista, la B.O. de Un monstre à Paris, Emmanuelle Julien, Mario Party, prise 2, A Sleep & A Forgetting de Islands, Notre jour viendra de Romain Gavras et la trilogie Les affluents sur le DVD de Marécages.

Et on se désole pour… Jean Leloup à Star Académie




1. Hasta La Vista

Trois jeunes Flamands handicapés décident, à l’insu de leurs parents, de partir en road trip vers un bordel d’Espagne conçu exprès pour «les gens comme eux». Ce long métrage de Geoffrey Enthoven aurait pu verser dans le larmoyant et les bons sentiments, mais ce n’est aucunement le cas. On s’attache passionnément à ces trois personnages absolument adorables et on retient davantage qu’on assiste à une histoire d’amitié qui fait du bien qu’à un film sur le handicap et la maladie. Voir la bande-annonce de Hasta La Vista. Présentement en DVD. (Jessica Émond-Ferrat)

2. La B.O. de Un monstre à Paris

Plus de cinq ans après Divinidylle, Vanessa Paradis et Mathieu Chedid s’associent de nouveau pour nous offrir Un monstre à Paris. Si nous n’avons pas eu l’occasion de voir ce film d’animation, la bande sonore originale suffit à nous plonger dans l’ambiance du Paris des années 1910. Vanessa Paradis, qui prête sa voix douce à Lucille, étoile montante de Montmartre, et M, à Francœur, un monstre mélomane, nous apporte une bouffée d’air frais et de romantisme avant le printemps. Écouter La Seine, un extrait de Un monstre à Paris. Actuellement en magasin. (Anicée Lejeune)


3.
Emmanuelle Julien

Bien loin des gentilles ritournelles pop que proposent bien des auteures-compositrices-interprètes par les temps qui courent, Emmanuelle Julien, qui lançait cette semaine son premier album éponyme, donne dans un blues-rock-folk rempli de soul. La jeune femme, qui impressionne par sa voix et sa guit pesante, offre un disque qui démarre en lion pour se terminer sur une note plus douce. Différent et rafraîchissant. Écouter des extraits du premier album d’Emmanuelle Julien. Présentement en magasin. (Natalia Wysocka)

4.
Mario Party, prise 2

Eh oui. Il fallait bien se reprendre. Parce qu’après s’être énervé et l’avoir annoncé le week-end dernier – à tort, nos excuses –, c’est bien ce dimanche qu’aura lieu le lancement de Mario Party 9. Les jeunes (et moins jeunes) fans de Mario pourront terminer la semaine de relâche en beauté ce week-end. En effet, le plombier préféré des gamers les attend au parc La Fontaine pour le lancement du jeu Mario Party 9 pour la Wii. Qui a dit qu’il fallait s’enfermer chez soi pour combattre ses ennemis virtuels? Et c’est gratuit, évidemment. Party! (Christian Duperron)


5.
A Sleep & A Forgetting de Islands

«I lost my wife, I lost my best friend» («j’ai perdu ma femme, j’ai perdu ma meilleure amie), chante Nick Thorburn sur Can’t Feel My Face. Des paroles qui résument bien ce disque de peine d’amour qu’est A Sleep & A Forgetting. Un disque sur lequel Nick et ses «îles» s’éloignent des récifs planants, renouent un brin avec les sonorités qui ont fait les beaux jours des Unicorns et posent pied sur la terre ferme. Celle faite de grands chagrins sentimentaux, de maison qu’on doit quitter et de porte devant laquelle on se retrouve seul, comme un con, parce que notre ex a changé la serrure. Un super bel album. Écouter des extraits de l’album A Sleep & A Forgetting de Islands. Présentement en magasin. (Natalia Wysocka)

6.
Notre jour viendra de Romain Gavras

Pour son premier long, le fils de Costa-Gavras signe la disjonctée odyssée de deux roux ostracisés, désillusionnés et nihilistes (Vincent Cassel et Olivier Barthelemy) qui se mettent en route vers la terre promise des «gens comme eux», l’Irlande. Juste pour l’idée, ça mérite des étoiles. Regarder la bande-annonce de Notre jour viendra. (Natalia Wysocka)


7.
La trilogie Les affluents sur le DVD de Marécages

On a déjà entendu parler à maintes reprises de Marécages, l’excellent premier long métrage de Guy Édoin. On sait aussi que sa trilogie de courts métrages Les affluents (Le pont, Les eaux mortes et La battue) a déjà récolté bien des honneurs, ayant notamment été récompensée de prix Jutra. Les suppléments du DVD de Marécages offrent la possibilité de découvrir cette fameuse trilogie. On reconnaît la facture visuelle très esthétique, les longs silences éloquents et le talent manifeste du cinéaste. Présentement en DVD. (Jessica Émond-Ferrat)


MÉTRO EN ENFER


Jean Leloup à Star Académie

Déjà, Biz, on trouvait ça limite. Cœur de pirate, étrange, mais OK, passe encore. Mais Jean Leloup?!?! Jean Leloup, prince d’intégrité, modèle d’indépendance, symbole du «f*ck you, vous tous, je ne serai jamais comme vous voulez que je sois» dans le… non!!!!… palais des Académiciens?!?! The John The Wolf qui, pas plus tard que cet été, quand nous l’avons interviewé pour la sortie de son film, gueulait, et fort à part de ça, contre les artistes qui vendent leur âme, contre les starlettes qui vendent leur cul et, surtout, contre le formatage de la musique?! On aimerait se dire «Bah, c’est du entertainment», mais c’est impossible. Notre coeur saigne. Reste l’espoir fou qu’il fasse un scandale monstrueux, en direct, dimanche.
(Natalia Wysocka)

Articles récents du même sujet