Arts et spectacles

La pièce de Théâtre Ulster American, au plus noir de la comédie

David Boulin, Frédéric Blanchette et Lauren Hartley dans Ulster American
David Boulin, Frédéric Blanchette et Lauren Hartley dans Ulster American Photo: Gracieuseté - Suzane O'Neill

Une jeune autrice dramatique irlandaise, un acteur célèbre américain et le directeur anglais d’un théâtre: voilà les trois protagonistes de la pièce Ulster American, écrite par David Ireland, mise en scène par Maxime Denommée et produite par le Théâtre de La Manufacture. Cette comédie noire, qui aborde plusieurs thèmes allant du féminisme opportuniste jusqu’au questionnement identitaire entre Irlandais et Anglais, est présentée jusqu’au 13 novembre au Théâtre La Licorne.

L’histoire se passe dans un salon moderne, dans lequel on retrouve une grande bibliothèque, un tourne-disque, des affiches de théâtre, des grands canapés et des meubles design. Cela ne fait aucun doute: le lieu est habité par une personne cultivée qui ne manque pas de moyens financiers. Ce salon appartient à un metteur en scène et directeur d’un théâtre londonien, interprété par Frédéric Blanchette.

Nous sommes à la veille du début des répétitions d’une pièce écrite par une dramaturge, jouée par Lauren Hartley, et dont l’action se déroule en Irlande du Nord. Au début d’Ulster American, le metteur en scène discute avec le futur interprète du rôle principal, une vedette d’Hollywood incarnée par David Boutin.

Au cours de cette conversation, les deux hommes abordent de grands sujets, dénonçant le racisme et le sexisme, et se proclamant haut et fort féministes.

Mais le discours change après l’arrivée de l’autrice. Lorsque cette dernière donne son interprétation de la pièce, qui ne semble pas convenir à l’acteur célèbre, le féminisme se transforme en mansplaining.

«En plus d’être une comédie noire comme je les aime, je trouvais que les thèmes abordés étaient criants d’actualité. […] Ce qui m’a plu beaucoup puis ce que je trouvais nécessaire, c’est la façon dont les hommes se comportent encore avec une jeune femme, comment ils se placent dans une position de supériorité», souligne Maxime Denommée.

Humour noir

Ne nous le cachons pas, certains dialogues font presque grincer des dents, à un tel point qu’ils en deviennent drôles. «L’humour, ça permet d’aborder des sujets délicats […] on fait rire les gens et ça leur permet de se détendre, de s’ouvrir et d’être plus aptes à recevoir la charge du message», explique Maxime Denommée. Le texte, traduit par François Archambault, donne à ce huis clos un goût piquant et amer, que l’on se plaît à déguster.

On retrouve par ailleurs un grand questionnement identitaire chez chacun des personnages. Le personnage de l’autrice, tout comme David Ireland, a grandi en Irlande du Nord et s’identifie comme britannique. Le personnage de l’acteur de son côté, ne cesse de mettre en avant avec fierté ses origines irlandaises, tandis que le personnage du metteur en scène anglais ne comprend pas comment les Irlandais du Nord peuvent se considérer comme britanniques.

Ainsi, Ulster American n’hésite donc pas à faire monter la sauce par l’humour, que cela soit avec les sujets de discussion délicats ou les actes posés en raison d’un désir absolu de succès. Cette mise en abyme apporte un nouveau regard sur le monde du théâtre et du show-business, avec cynisme et humour.

Vos nouvelles 100% locales, recevez-les chaque jour.

Nos infolettres vous suivent partout.

Articles récents du même sujet