Arts et spectacles

Balado: sur les traces de Marguerite, une esclave autochtone en quête de justice

L'artiste multidisciplinaire Émilie Monnet Photo: Josie Desmarais/Métro

En attendant (avec impatience) la version scénique que prendra ce projet d’Émilie Monnet en trois volets, il faut absolument découvrir l’histoire de Marguerite Duplessis par l’entremise du balado Marguerite: la traversée.

Qui est Marguerite? Elle est la première esclave ainsi que la première Autochtone en Nouvelle-France à avoir entrepris des démarches judiciaires pour obtenir sa liberté. Elle est une héroïne malheureusement absente des livres d’histoire.

Son parcours a hanté l’artiste multidisciplinaire Émilie Monnet, qui a suivi les traces de Marguerite jusqu’en Martinique.

En quatre épisodes habilement ficelés, ponctués de précieux témoignages d’expert.e.s, son balado raconte l’histoire de cette pionnière, une des premières activistes autochtones en Amérique du Nord.

Ce faisant, l’artiste d’origine anishinaabe et française honore magnifiquement la mémoire de cette remarquable oubliée.

Mais aussi, elle met en lumière des pans sombres de notre histoire et crée des ponts essentiels entre les injustices du passé et celles que vivent toujours les personnes opprimées aujourd’hui.

C’est le feu de Marguerite qui a inspiré la Triade. C’est ce même feu qui brûle chez toutes les Marguerite, celles d’hier et d’aujourd’hui, qui luttent pour faire reconnaître la justice. C’est le feu de la régénération et de la mémoire retrouvée.

Émilie Monnet

Le balado Marguerite: la traversée est un projet de Productions Onishka et Transistor Média. Il est offert sur toutes les plateformes d’écoute.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet