Formation et emplois

Une formation en travail social pour les Inuits du Nunavik

La profession de travailleur social est essentielle, mais n’est pas de tout repos. Recruter ces professionnels pour agir en région éloignée, notamment au Nunavik, l’est encore moins. Dans le but de pallier le roulement fréquent de personnel dans cette région nordique, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) s’est associé au Collège Marie-Victorin pour un projet-pilote de deux ans qui permettra d’apporter un soutien et une formation complémentaire aux Inuits du Nunavik qui travaillent déjà dans le milieu sans avoir de diplôme professionnel dans le domaine du travail social.

Comme nous l’a expliqué M. Michel Pruneau, conseiller pédagogique de ce programme, les travailleurs sociaux en place au Nunavik, recrutés dans le reste du Canada, se font assister dans leurs interventions par des Inuits, qui connaissent bien la langue et la culture. Ce sont ces derniers, avant tout, qui sont ciblés par cette nouvelle formation.

Des besoins ont été établis à l’aide de questionnaires et en collaboration avec les directions de la protection de la jeunesse au Nunavik. Un conseiller en intervention sociale (présentement M. Claude Léves­que, déjà très impliqué dans ce milieu) procède actuellement à des exercices intensifs de deux à trois jours d’ateliers et de mentorat dans six ou sept villages des baies d’Hudson et d’Ungava. Le droit, la gestion du stress, les cadres d’intervention seront parmi les points abordés.  La formation sera malléable, priorisant les besoins du personnel en place.

Les travailleurs sociaux en place recevront également un support et des outils afin de pouvoir, à leur tour, former et appuyer les Inuits travaillant avec eux. À plus long terme, le programme prévoit intégrer une formule d’accréditation afin que les Inuits qui le souhaitent puissent même acquérir un diplôme en travail social à leur tour. On espère pour bientôt l’arrivée de la haute vitesse au Nunavik, ce qui permettrait un suivi régulier et efficace par vidéo-conférence (via Skype, par exemple). Pour le moment, toutefois, le suivi et l’encadrement se font sur place.

nunavik.collegemv.qc

Articles récents du même sujet