Environnement

Le gouvernement Legault investit 1 G$ de plus pour l’environnement

Benoit Charette, ministre de l'Environnement du gouvernement du Québec, devant une pancarte présentant le plan vert du gouvernement Legault.
Le ministre de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Benoit Charette. Photo: Josie Desmarais/Métro

Québec a présenté aujourd’hui les actions spécifiques qu’il compte entreprendre pour la mise en oeuvre de son Plan pour une économie verte 2030, ou «Plan vert». Les investissements prévus pour l’environnement par le gouvernement Legault seront bonifiés de 1 G$ pour un total de 7,6 G$.

Avec les mesures présentées jeudi, Québec a désormais financé et défini près de 51% des actions promises pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre (GES) d’ici 2030, affirme le gouvernement.

Transports électrique et industrie

Dans son «Plan vert», Québec revoit à la hausse l’objectif de véhicules électriques sur les routes à 1,6 million. Il investit 50 M$ pour l’installation de 50 bornes de recharge rapide à travers le Québec. Pour aider la population à acheter électrique, plus d’un milliard de dollars seront injectés pour maintenir le rabais à l’achat d’un véhicule électrique ou hybride.

Il souhaite aussi accélérer la décarbonation des industries québécoises, en investissant 298,6 M$ supplémentaires dans le volet Implantation du programme ÉcoPerformance. Celui-ci accompagne les grands projets industriels dans leur conversion énergétique.

«Une des critiques que l’on a entendues c’est que des argents dormaient littéralement dans le fond vert […] des argents qui dorment ce sont des argents qui ne produisent pas de réduction de gaz à effet de serre, a déclaré le ministre de l’Environnement, Benoit Charette. Les argents qui ont été annoncés l’année dernière sont essentiellement […] presque à 100% dépensés».

Pour l’organisme environnementaliste Équiterre, le PMO 2022-2027 annoncé aujourd’hui est « nettement insuffisant ».

Le ministre Charette peut faire mieux mais refuse de prendre les moyens pour y arriver. On ne pense pas que le gouvernement devrait se satisfaire d’atteindre 50% des objectifs d’une cible climatique inadéquate fixée par le gouvernement libéral en 2015.

Marc-André Viau, directeur des relations gouvernementales d’Équiterre

Rappelons que la Chaire de gestion du secteur de l’énergie de HEC Montréal, avait alarmé das un rapport que le plan vert 2021-2030 n’aura pas plus de résultats que son prédécesseur qui s’est terminé en 2020.

Québec s’est donné comme objectif de réduire de 60% les GES issus des bâtiments institutionnels. À l’horizon de 2040, c’est l’ensemble de ces bâtiments qui devront être à «zéro émission».

D’autres annonces effectuées dans le PMO 2022-2027:

– 743,4 M$ pour le lancement du programme Écobus Québec qui permettra la réduction des GES dans l’industrie du transport privé des personnes et favorisera l’usage de transports en commun peu polluants.
– 210,3 M$ pour l’accompagnement des municipalités dans leurs propres mesures pour l’environnement.
– 100 M$ pour limiter les coûts de fonctionnement additionnels associés à la conversion énergétique du secteur de l’industrie.
– 757,9 M$ pour la décarbonation des bâtiments.
– 145,7 M$ pour le programme ÉcoPerformance pour soutenir la conversion des systèmes de chauffage utilisant des énergies fossiles en systèmes fonctionnant à l’hydroélectricité ou utilisant d’autres énergies renouvelables.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet