Saint-Léonard

Horizon Carrière : reprise des activités de rencontres entre jeunes et employeurs

En ce début d’été, Horizon Carrière organise une série d’ateliers de rencontre entre employeurs et jeunes de Saint-Léonard à la recherche d’un emploi pour la période estivale. Métro était sur place pour couvrir l’évènement.

Environ une quarantaine d’adolescents et de jeunes adultes de 16 à 20 ans étaient de passage le mardi 1er juin dans les locaux du Carrefour Jeunesse Emploi (CJE) de Jeanne Mance-Viger.

À l’approche de la période estivale, tous sont ici pour passer des entrevues individuelles ou de groupe avec les employeurs présents.

«Nous nous assurons chaque année avant l’été que des entreprises qui recrutent des travailleurs durant cette période puissent venir rencontrer les jeunes de Saint-Léonard. Le but est de créer le lien parfait entre l’entreprise et ces jeunes en recherche d’emploi. », explique Lina Raffoul, la directrice du centre Horizon Carrière.

Trois employeurs étaient présents dans les locaux du centre, ceux-ci collaborent étroitement avec l’équipe du centre afin de répondre à leur besoin de travailleurs en cette période animée de l’année.

«Nous avons en permanence des employeurs voulant coopérer, nous travaillons avec ces derniers pour qu’ils soient au courant des besoins en emploi des jeunes de l’arrondissement et vice-versa. À chaque fois qu’il y a de nouveaux candidats, nous proposons un lien immédiat avec ces entreprises pour savoir quels sont leurs besoins au niveau du recrutement. C’est une relation de confiance mutuelle.»

S’adapter malgré la pandémie

Habituellement, des activités de préparation pour les jeunes en recherche d’emploi ont lieu en février et mars. Les ateliers de recrutement annuels ont ensuite lieu en avril une fois les candidats prêts.

Cette année, en raison du contexte lié à la pandémie de Covid-19, le programme a été retardé de 2 mois.

«En 2020 nous n’avons pas fait cette activité, car le contexte sanitaire ne le permettait pas. Cette année, nous réessayons l’opération avec une approche un peu plus collective au niveau des entrevues et un calendrier remanié. Nous espérons revenir l’année prochaine à nos activités habituelles», déclare Lina Raffoul.

«C’est la première fois que je participe à ce genre d’évènements. Horizon Carrière enlève le stress qu’on peut avoir quand on cherche un emploi. C’est plus facile de parler avec un employeur pour la première fois durant une entrevue, je me sens plus à l’aise.»-Zacharia, étudiant en 5e année de secondaire

Accompagnement personnalisé

Pour la plupart des candidats présents, le processus est nouveau. S’il n’est pas forcément évident de s’y retrouver lors de sa première recherche d’emploi, tous les moyens sont mis en œuvre pour soutenir au mieux les jeunes.

«Nous offrons une série d’ateliers en amont qui préparent les jeunes candidats aux exigences du marché du travail et aux besoins des employeurs. Nous les informons sur la démarche de création de CV personnalisés et la rédaction des lettres de motivation, ainsi que sur les comportements à avoir au travail et en entrevue.»

Pour la grande majorité des jeunes présents, la satisfaction est au rendez-vous :

«L’équipe d’Horizon Carrière m’a préparé sur quoi faire et ne pas faire pour trouver du travail. Ça m’a beaucoup aidé à prendre confiance en moi. », affirme Anis, un étudiant en classe de secondaire 4.

«C’est la première fois que je cherche un travail cet été, c’est beaucoup plus facile de venir ici pour rencontrer directement les entreprises. Je suis très content», dit Zacharia.

Saint-Léonard

Collecte de dons de sang à la bibliothèque de Saint-Léonard

Une collecte de sang se tiendra en juin à la bibliothèque de Saint-Léonard. Pandémie oblige, celle-ci se déroulera sur rendez-vous seulement.

La collecte est organisée par Héma-Quebec dans la salle d’activités de la bibliothèque, spécialement aménagée pour l’occasion.

Les Léonardois pourront prendre rendez-vous afin de s’y rendre les 9 et 10 juin, entre 13 h et 19 h 30. La collecte se tiendra sous la présidence du maire de l’arrondissement, Michel Bissonnet.

«Au Québec, toutes les 80 secondes, une personne a besoin de sang. Les besoins sont donc importants et constants. Soyez généreuses et généreux en partageant le vôtre, vous aiderez ainsi à sauver des vies.»-Michel Bissonnet, maire de l’arrondissement Saint-Léonard.

Cette année, de nombreuses mesures ont été mises en place sur l’ensemble des sites de collecte afin d’assurer une expérience sécuritaire. Des contrôles d’accès avec prise de température des donneurs et des bénévoles sont notamment effectués. Des mesures de désinfection supplémentaires sont obligatoires et une organisation logistique des collectes afin de respecter les deux mètres de distance réglementaire est également mise en place.

Admissibilité

Toute personne en bonne santé, âgée de 18 ans et plus, peut généralement effectuer un don de sang. Des exceptions subsistent toutefois. À noter que toutes personnes ayant reçues un vaccin contre la COVID-19 approuvé par Santé Canada est admissible à donner son sang.

Avant de se présenter à une collecte, il est toutefois conseillé de vérifier son admissibilité auprès du Service à la clientèle des donneurs d’Héma-Quebec par téléphone au 1 800 847-2525 ou de consulter leur site web à l’adresse www.hema-quebec.qc.ca .

Même durant la pandémie, 1000 dons de sang sont nécessaires chaque jour pour répondre aux besoins des personnes en attente de transfusion de produits sanguins. Devant cette nécessité, Héma-Québec renouvelle donc cette mission de prélèvement des dons de sang auprès de la population québécoise.


Les personnes intéressées doivent prendre rendez-vous par téléphone au 1 800 343-7264, ou par courriel à l’adresse jedonne@hema-quebec.qc.ca ou encore via le site web de Héma-Quebec.

Saint-Léonard

Ligne bleue: station Verrazzano, un nom qui ne fait pas l’unanimité

Verrazzano, un nom trop «archaïque» pour être choisi comme toponyme d’une future station de la ligne bleue ? C’est l’avis de l’association CIAO (Canadien-ne-s Italien-ne-s Antagonistes à l’Oppression), qui s’oppose à une motion adoptée récemment par le conseil d’arrondissement de Saint-Léonard.

L’organisme s’est dit en désaccord avec la position d’élus de Saint-Léonard via un communiqué publié sur son site internet. Il appelle également les organisations et groupes communautaires de l’Est de l’île à présenter une liste de nouveaux toponymes pour les futures stations du tronçon prolongé de la ligne bleue.

La motion proposait au comité de toponymie de la STM de choisir le nom de l’explorateur italien Giovanni Da Verrazzano pour la station prévue à l’intersection du boulevard Langelier et de la rue Jean-Talon Est. Elle avait été déposée conjointement par un ensemble d’associations regroupant le Congrès national des Italo-Canadiens, la Casa d’Italia, l’Association des gens d’affaires et professionnels italo-canadiens (CIBPA), et la Fondation communautaire canadienne-italienne (FCCIQ). Elle avait été appuyée et présentée par les conseillers de ville Dominic Perri et Mario Battista.

«Nous encourageons les organisations et groupes communautaires à présenter une liste de noms qui puisse servir de base pour nommer les nouvelles stations de métro et assister dans la diversification du registre Toponym’Elles pour les futures additions dans le panorama urbain de l’Est de l’Ile. »- Extrait du communiqué officiel de CIAO

Désaccords

La proposition est jugée «anachronique et mal recherchée» par l’association CIAO. Cette dernière ajoute qu’elle ne répond pas à deux des principales priorités identifiées par le comité de toponymie de la STM, soit celles «d’accorder une grande place aux femmes dans l’analyse des propositions» et de prendre «pour orientation que les réalités multiculturelles et autochtones seront également représentées dans les choix finaux ».

À travers son communiqué, l’association dénonce un manque de représentation des autres communautés peuplant l’arrondissement. Parmi les noms évoqués, aucun ne provient d’un groupe culturel non italien. Le fait que la communauté italienne possède déjà de nombreuses représentations dans les espaces publics (le centre Leonard de Vinci ou les parcs Giuseppe Garibaldi et Ermanno La Riccia) est notamment mis en avant. Le regroupement appelle donc à promouvoir l’inclusion en soutenant les relations interculturelles dans l’agglomération montréalaise par le rejet de cette proposition.

Héritage colonial

Le choix d’un nom représentant l’un des explorateurs initiateurs de l’époque coloniale dans les Amériques est également remis en question. En s’interrogeant sur la représentation des valeurs contemporaines de diversité et d’inclusion dans les espaces publics, CIAO souligne la contradiction entre celles-ci et le choix d’une telle toponymie. Ceci naviguerait à contre-courant des efforts fournis en matière de décolonisation dans la nomination des espaces publics.

Né dans la région de Florence en Italie, Verrazzano a entrepris sa première expédition maritime vers le Nouveau Monde en 1524, pour le compte de la France. Son voyage a abouti à la première cartographie de la côte atlantique des États-Unis et à la prise de possession des territoires de la région de Terre-Neuve au nom du roi de France. C’est sur les bases de ce premier périple que Jacques Cartier est arrivé 10 ans plus tard dans le golfe du Saint-Laurent.

Manque de parité

La proposition avait déjà été contestée par la conseillère d’arrondissement Lili-Anne Tremblay au moment de sa présentation le 3 mai dernier.

Évoquant l’importance de la parité hommes-femmes dans le paysage toponymique, l’élue de Saint-Léonard Est avait alors suggéré le nom de Césira Parisotto, une femme religieuse qui s’est consacrée aux œuvres de charité et qui fut nommée grande officière de l’Ordre national du Québec. La motion avait toutefois été validée sous dissension.

En janvier 2021, la STM annonçait la mise en place d’un comité pour décider de celles-ci. Il devait avoir pour tâche principale de proposer ces noms d’ici la fin de l’été 2021.

Saint-Léonard

Concertation Saint-Léonard intensifie ses efforts pour lutter contre la COVID-19

Alors que le nombre de nouveaux de cas de COVID-19 décline plus lentement à Saint-Léonard qu’ailleurs, des organismes communautaires ont mené un blitz de sensibilisation. À l’approche du déconfinement estival, plus de 10 agents étaient mobilisés pour faire du porte-à-porte et aller à la rencontre des personnes présentes dans les parcs.

L’opération a été lancée le samedi 22 mai par Concertation Saint-Léonard, en partenariat avec le CIUSSS de l’Est-de-l’Île de Montréal, l’arrondissement de Saint-Léonard et la Croix-Rouge canadienne. Elle s’inscrit dans le cadre du plan COVID Saint-Léonard et se tiendra tous les jours jusqu’à la fin du mois de juin.

Le lancement de l’activité s’est fait en début d’après-midi au parc Pie XII, où une distribution de masques et de gels désinfectants dans une station fixe a été assurée durant tout le reste de la journée.

Des équipes d’agents de sensibilisation sont allées rencontrer les usagers des parcs pour leur communiquer toutes les informations nécessaires par l’intermédiaire d’un bulletin de ressources.

«Il contient tous les organismes capables d’offrir un soutien aux familles de notre communauté. Celles-ci pourraient par exemple avoir besoin de se faire dépister, de prendre un rendez-vous pour le vaccin ou d’une aide alimentaire, ou peut-être même des besoins de dépannage particulier durant leur quarantaine», explique Françoise Alexandre, la coordinatrice du projet pour Concertation Saint-Léonard.

Parallèlement, d’autres brigades se sont déplacées dans des centres commerciaux et les stations de métro du secteur, ainsi que les résidences avoisinantes pour effectuer de la sensibilisation sur l’application des mesures sanitaires, la vaccination et le dépistage.

«Ça prend la collaboration de chacun pour lutter contre le virus, chacun doit faire sa part. Ce n’est pas seulement le travail de la Santé Publique, mais de tous puisque tout le monde est affecté par la situation» -Françoise Alexandre, coordinatrice du plan COVID Saint-Léonard.

Annonces polyglottes

Un camion crieur était également présent sur place afin de diffuser des messages de prévention dans les secteurs entourant le parc Pie XII et le parc Ferland. 5 langues ont été choisies pour diffuser ces recommandations: le français, l’anglais, l’arabe, le créole haïtien et l’italien.

«Ces 5 langues ont été identifiées à partir de notre outil de collectes de données grâce auquel nous avons déterminé que ces langues-là étaient les plus parlées dans la communauté léonardoise», affirme Françoise Alexandre.

Parmi les efforts déployés, l’accent est mis sur l’aide aux aînés, personnes les plus vulnérables au virus dont la présence est importante dans l’arrondissement.

«Les aînés sont notre priorité. Nous assurons leur transport vers les sites de vaccination ou les centres de dépistage avant de les ramener chez eux.»

Du soutien psychologique est également offert avec la ligne téléphonique tenue par le Centre du Réseau d’Entraide des Ainés à Saint-Léonard (CREASL). Concertation Saint-Léonard offre aussi des prises en charge pour les rendez-vous qui doivent s’effectuer en ligne pour les aînés.

Alors que le nombre de cas positifs dans l’arrondissement de Saint-Léonard pour la semaine se terminant le 17 mai a connu une hausse de 16% par rapport à la semaine précédente, la couverture vaccinale était de seulement 39,7% en date du 16 mai. Celle du Québec était estimée à 51,4% au 20 mai.