Inspiration

Occupation Double: la beauté, un privilège?

Marilou vient d'intégrer l'aventure d'Occupation Double à la mi-parcours.
Marilou vient d'intégrer l'aventure d'Occupation Double à la mi-parcours. Photo: @marilou_od.officiel/Instagram

De nouveaux candidats ont récemment intégré l’aventure d’Occupation Double. Et l’un d’entre eux se démarque tout particulièrement : la mannequin saguenéenne Marilou. Elle ne correspond pas aux standards de beauté, elle les dépasse.

Les garçons développent un kick en deux secondes, bégaient en lui adressant la parole, voient les cartes de leur jeu non pas se brouiller, mais flamber. Même ses rivales, les filles, semblent tomber sous son charme. Métro y a vu l’occasion de réfléchir à la notion du privilège associé à la beauté.

Oui, il y a un biais associé à la beauté qui se manifeste dans toutes les sphères de la vie d’une personne considérée comme «belle», confirme la sexologue Kanica Saphan, fondatrice du Sofa sexologique.

Cette notion n’est pas aperçue que dans les jeux de téléréalité basés sur l’apparence physique, elle est aussi observée dans les milieux académique et professionnel.

«Les beaux étudiants peuvent être considérés comme plus compétents et intelligents par leur professeur. Au travail, les beaux employés peuvent gagner plus d’argent ou monter plus rapidement l’échelle salariale.»

Véronique Jodoin, qui est également sexologue, voit d’autres avantages sociaux à ce privilège.

«Pour les personnes belles, il est plus facile d’entrer en relation avec les autres et de créer des relations d’amitié. C’est aussi plus facile de se sortir de situations malaisantes. Même aux yeux de la loi, des études prouvent que ces personnes arrivent à échapper plus facilement à des amendes ou à avoir des sentences plus clémentes.»

En amour aussi, la beauté est un avantage. Il est plus facile de rencontrer et plus d’options s’ouvrent à soi, selon les expertes interviewées.

«Lorsque l’on voit quelqu’un de beau, on assume qu’elle a de bonnes caractéristiques également ailleurs dans sa personnalité, qu’elle est sûrement plus gentille, honnête, travaillante, ajoute Kanica Saphan. C’est un biais [nommé l’effet du halo] qui opère malgré nous et qui affecte notre relation avec la personne.»

Pas que du positif

Difficile de plaindre ces magnifiques personnes, mais les deux sexologues concèdent qu’il n’y a pas que des avantages à être joli.

«Les belles femmes peuvent avoir l’impression qu’on ne s’intéresse à elles que pour leur apparence, plutôt que pour ce qu’elles sont réellement, et ainsi se sentir comme un trophée pour leur partenaire», indique Véronique Jodoin.

Kanica Saphan estime de son côté que les personnes belles peuvent être considérées comme intimidantes, ce qui incite les gens à créer inconsciemment une distance entre eux.

«Je traite parfois des personnes objectivement très belles, mais qui se sentent pourtant seules, puisque les gens les mettent dans une autre catégorie et n’osent pas les approcher.»

La sexologue explique aussi que les problèmes des personnes belles ne sont parfois pas pris au sérieux puisqu’elles «devraient plutôt se considérer chanceuses d’avoir un tel physique».

Alors, la beauté de Marilou lui portera-t-elle chance dans l’aventure? Fred continuera-t-il de la fuir volontairement pour éviter de tromper sa partenaire OD? Robin continuera-t-il de perdre ses moyens quand il la voit? Nick conservera-t-il son kick sur la candidate même si elle ne lui démontre pas vraiment d’intérêt? À suivre.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet