Inspiration

Voici combien de temps dure le câlin parfait selon la science

Les bienfaits d'un câlin sur le moral se font sentir jusqu'à 3 minutes après l'étreinte.  
Les bienfaits d'un câlin sur le moral se font sentir jusqu'à 3 minutes après l'étreinte.   Photo: iStock

Des chercheurs britanniques estiment qu’un câlin parfait doit durer entre 5 et 10 secondes. Les effets positifs se ressentiraient jusqu’à 3 minutes après l’accolade. 

Accolade, hug, embrassade… peu importe la façon dont vous l’appelez. Les chercheurs ont cherché à savoir comment faire le câlin parfait. Alors, quelle durée, quelle position des bras, avec qui ? Les spécialistes ont tranché. 

Votre câlin doit durer entre 5 et 10 secondes, affirment des chercheurs britanniques dans la revue Acta Psychologica. Pour cette première expérience, 48 femmes volontaires ont câliné l’un de leurs proches avant de mesurer leur ressenti. Résultat ? «Les câlins de 1 seconde ont été jugés moins agréables et moins maîtrisés que les câlins de 5 secondes et 10 secondes», rapportent les spécialistes. Leurs bienfaits sur le moral se font sentir jusqu’à 3 minutes après l’étreinte.  

Quelle position pour les bras ? 

Une fois la question de la durée résolue, les chercheurs ont voulu savoir si la position des bras change en fonction du genre et de la taille des protagonistes. Pour cette seconde étude, ils ont demandé à 206 personnes présentes sur le campus de se faire un câlin. Pas de consigne particulière, le but était de définir comment les protagonistes placent instinctivement leur bras. 

Une accolade entre deux personnes du sexe opposé entraîne plus souvent un câlin «style croisé», et ce, quelle que soit la taille des protagonistes. Pour les personnes du même sexe, une tendance se démarque chez les hommes, celle du «bras en diagonale». Pour les spectateurs de la série Friends, vous aurez reconnu le geste récurrent entre Joey et Chandler. Chez les femmes, les spécialistes n’ont pas noté de tendance particulière. 

«Nous prévoyons que les études présentées ici fourniront une base pour de futures recherches sur le toucher agréable, en particulier pour la recherche sur les câlins, qui sont très répandus mais encore largement sous-étudiés», concluent les chercheurs.

Vos nouvelles 100% locales, recevez-les chaque jour.

Nos infolettres vous suivent partout.

Articles récents du même sujet