Évasion, loisirs et plein air

Pleins feux sur Hollywood

Geneviève Décarie - Guides de voyage Ulysse

Aucun nom n’évoque davantage la magie du cinéma que Hollywood. Il suffit en effet de prononcer ce mot à peu près n’importe où sur Terre pour qu’aussitôt surgissent à l’esprit des images de splendeur et de romantisme associées d’emblée au grand écran et à la vie des stars.

Et c’est le cas depuis que l’Industry (forme abrégée de l’«industrie du divertissement», courante à L.A.) a pris racine au début du XXe siècle dans ce qui n’était auparavant qu’une banlieue semi-rurale au nord-ouest du centre-ville de L.A., attirée par le doux climat de la Californie et la variété des paysages naturels des environs. Par la suite, Hollywood est en outre devenu le plus grand centre de production du monde en ce qui a trait à la musique populaire et aux émissions de télévision.

Ce qu’on peut aujourd’hui voir à Hollywood diffère grandement de ce qu’on y trouvait à son époque glorieuse. Tous les grands studios sauf un (Paramount) ont déménagé quelques kilomètres plus au nord, de l’autre côté des Hollywood Hills, dans la vallée de San Fernando, pour se doter d’installations plus spacieuses.

La plupart des vedettes ont, quant à elles, élu domicile dans les secteurs résidentiels très cossus plus à l’ouest, entre West Hollywood et Malibu, notamment Beverly Hills, Bel Air et Brentwood. Hollywood, ce district de la ville de Los Angeles qui compte un peu plus de 200 000 habitants, a ainsi connu au cours des dernières décennies du XXe siècle un important déclin, et ses rues aux commerces abandonnés ont été occupées par des prostituées et des trafiquants de drogue.

Un vent de renouveau

Heureusement, on observe depuis une dizaine d’années que des efforts majeurs sont entrepris pour revitaliser ce secteur historique. Holly­wood est aujourd’hui, avec le centre-ville de Los Angeles, l’endroit où les investissements substantiels sont les plus nombreux. On rebâtit les théâtres abandonnés, on retape les immeubles à bureaux, et nombre d’immeubles résidentiels décrépits ont été ressuscités.

Des hôtels luxueux ont été inaugurés en grande pompe, et on remplace graduellement les boutiques de souvenirs bon marché, les commerces de pornographie et les bazars démodés par des commerces de détail plus présentables. Finalement, événement symbolique très important, la prestigieuse cérémonie des Academy Awards, la remise des oscars, est revenue à Hollywood en 2002, pour la première fois en 42 ans.

À voir à Hollywood:

Hollywood Boulevard
Hollywood Boulevard est constamment bondé de touristes provenant de toute la planète. On peut effectuer la visite à pied puisque les principaux attraits sont regroupés sur une section d’environ 1,5 km du boulevard, dont le cÅ“ur se trouve à l’intersection de Highland Avenue.

Le Hollywood Walk of Fame longe ce boulevard sur une distance de plus de 15 quadrilatères. On y a immortalisé au moyen d’étoiles sur le trottoir plus de 2 300 vedettes du cinéma, de la télévision et de l’industrie musicale depuis l’adoption du programme en 1960. Une quinzaine de nouvelles étoiles s’ajoutent chaque année au cours de cérémonies individuelles en présence de l’artiste célébré. Pour consulter l’horaire des prochaines cérémonies ou pour trouver l’emplacement exact de l’étoile de votre vedette préférée, visitez le site internet de la Hollywood Chamber of Commerce. www.hollywoodchamber.net

Griffith Park
Le Griffith Park se trouve dans le district de Los Feliz, dans les collines de Hollywood. Il s’impose comme le plus grand espace vert de toute la région de Los Angeles et est l’un des plus grands parcs urbains d’Amérique du Nord. Ce parc très accidenté de 17 km2, aménagé dans un secteur semi-désertique par endroits, compte de nombreux attraits, entre autres des terrains de golf, des sentiers de randonnée (à pied, à bicyclette ou à cheval) et de nombreuses aires de pique-nique. Il renferme aussi un secteur du Forest Lawn Memorial Park, un théâtre en plein air, le Griffith Observatory, le Los Angeles Zoo, le Travel Town Museum et l’Autry Museum of the American West.

Hollywood Sign
Le point de repère le plus familier de tout Los Angeles est sans doute le Hollywood Sign, l’enseigne emblématique dont les lettres de 15 m sont plantées à une hauteur de 500 m sur le mont Lee, dans une zone interdite du Griffith Park. On peut facilement l’apercevoir d’une très grande distance, et ce, sur une grande partie du territoire de Los Angeles (sauf les jours de smog intense). À l’origine, en 1923, les lettres formaient le mot «Hollywoodland» et servaient à annoncer un développement domiciliaire. En 1945, l’enseigne a été cédée à la chambre de commerce de Hollywood, qui en a supprimé les quatre dernières lettres. Puis, en 1978, le tout s’étant considérablement détérioré, on refit entièrement l’enseigne grâce au soutien financier de quelques personnalités.

West Hollywood
West Hollywood, une ville incorporée du comté de Los Angeles, est le principal siège des communautés gay et lesbienne de la métropole. Si sa population n’est que de 40 000 habitants, ce nombre peut atteindre les 100 000 personnes le soir et les fins de semaine, et même 500 000 à l’occasion du Los Angeles Lesbian, Gay, Bi, and Transgender PRIDE Celebration et du West Hollywood Halloween Carnaval. Du fait de ses boutiques variées et souvent originales, ainsi que de son choix éclectique d’hôtels, de restaurants, de cafés et de boîtes de nuit, on le tient volontiers pour un des quartiers les plus branchés de L.A.

Articles récents du même sujet