IDS-Verdun

Des vêtements usagés dans les rayons

Photo: Gracieuseté – Gabiba clothing

Un couple verdunois bonifie son offre de vêtements destinés aux enfants âgés de 0 à 5 ans. Depuis novembre, leur entreprise familiale Gabiba clothing propose des habits neufs réalisés avec du coton pima bio du Pérou et dès samedi, aura aussi sa gamme de produits seconde main.

Comment votre entreprise a vu le jour?
J’ai rencontré mon mari Marco en faisant du volontariat dans des bidonvilles du Pérou. Je travaillais dans le domaine humanitaire et lui, dans le monde de la mode. Notre projet a pris forme avec notre fils Mateo qui a maintenant deux ans et demi.
On voulait utiliser le coton pima bio qui a la particularité d’être l’un des plus fins et des plus doux au monde. C’est en plus un matériel durable qui résiste à la formation de petits trous. On a trouvé une petite fabrique éthique qui le cultive à Lima et réalise nos produits.
On voulait aussi trouver une manière de redonner. Cet organisme, Ruwasunchis, avec lequel nous collaborons vient notamment en aide aux mères monoparentales.

Quels items neufs proposez-vous?
Le seul produit que nous avons en vente pour le moment est la tuque évolutive pour enfants. L’idée est d’avoir des pièces unisexes de base qui sont indémodables et encouragent leur utilisation le plus longtemps possible.
On attend de mettre en place notre site web et nos canaux de distribution pour produire de nouveaux produits. Nous avons déjà conçu des cache-couches, des tee-shirts avec manches retroussées ou encore des pantalons évolutifs. Certains, dont la tuque, seront aussi disponibles en taille adulte.

Pourquoi proposez-vous à présent des vêtements usagés?
Le concept existe en Ontario et j’espérai que quelqu’un le développe ici parce que je considère qu’on en a besoin. Finalement, j’ai un coach chez Yes Montréal et un conseiller à l’école des Entrepreneurs qui m’ont indiqué que c’était compatible de proposer les deux.
Les parents achètent bien des vêtements usagés parce qu’ils ont des préoccupations environnementales ou pour des raisons financières. Lorsqu’ils ne trouvent pas ce qu’ils cherchent, ils leur arrivent de se tourner vers du neuf, ou parce qu’ils ont un coup de cœur.

Est-ce qu’il y a des craintes qui entourent la vente de vêtements usagés à destination des enfants?
Je ne pense pas, mais c’est peut-être parce que l’une de mes très bonnes amies est allemande. Dans son pays, les vêtements usagés sont recherchés, car plus on lave l’item et moins il y a de produits chimiques. Je vois aussi beaucoup de parents qui ont déjà fait cette démarche.
Mon envie est d’offrir un endroit central où le faire. Les participants qui apportent leurs pièces en excellent état reçoivent en échange un crédit d’achat qu’ils utilisent pour acheter d’autres items.

Est-ce que vous allez ouvrir un local à Verdun?
Pour le moment, l’entreposage se fait chez nous. On aimerait beaucoup avoir un local donc éventuellement cela va se faire.

Gabiba clothing organise une vente de prélancement ce samedi, de 10h à 17h, dans la boutique Les Chocolats d’Émilie (3954, rue Wellington).

Pour plus d’infos.

Articles récents du même sujet