IDS-Verdun

Des réticences à l’égard du PPU de la Pointe-Nord de L’Île-des-Sœurs

Le PPU de la Pointe-Nord a été adopté par la Ville de Montréal en novembre 2020.
Le PPU de la Pointe-Nord a été adopté par la Ville de Montréal en novembre 2020. Photo: Archives

Même après l’adoption du Programme particulier d’urbanisme (PPU) de la Pointe-Nord de L’Île-des-Sœurs par la Ville de Montréal, cette planification du secteur ne fait pas consensus auprès des résidents. Certains élus estiment que les citoyens auraient pu être davantage consultés avant son adoption.

Une consultation écrite de 15 jours a été tenue en mars. L’arrondissement a reçu une centaine de commentaires des résidents, dont la majorité à propos du règlement sur le stationnement, plus précisément sur le maximum de 0,75 case par logement prévu. Certains jugent cette clause insuffisante ou mal planifiée.

Un maximum de 0,75 case de stationnement est prévu par logement au PPU. Toutes les aires de stationnement des nouveaux bâtiments devront être souterraines pour favoriser le verdissement.

Concordance

Lors du conseil d’arrondissement d’avril, les élus ont adopté à l’unanimité et sans changement le règlement de zonage en concordance avec le PPU.

Même si elle a voté en faveur du règlement, la conseillère Véronique Tremblay a émis des réticences. «L’arrondissement n’a pas eu, à mon avis, le poids qu’elle aurait dû avoir», indique-t-elle.

La Ville devait livrer le PPU à l’intérieur d’une certaine période, explique l’élue municipale. «Aucune modification aux délais et aux façons de faire n’a été considérée [dans le contexte de la pandémie]. C’est quelque chose que je regrette», commente Mme Tremblay, ajoutant qu’elle aurait aimé au minimum une consultation supplémentaire auprès des citoyens.

Lors de la séance du conseil d’arrondissement, de nombreux résidents ont questionné les élus pour savoir si leurs commentaires seraient pris en considération pour le vote de la soirée à propos du PPU.

En vertu de la loi sur l’aménagement et l’urbanisme, l’arrondissement doit avoir une consultation publique. La conseillère Marie-Andrée Mauger a expliqué qu’une fois que le PPU «scellé» (adoption par la Ville de Montréal en conseil municipal), il reste l’étape de la concordance, qui consiste à modifier les règlements non conformes au plan.

«On n’est plus dans l’idéation, indique-t-elle. Si ce n’est pas dans le plan particulier d’urbanisme, on ne peut pas dans le cas d’une concordance ajouter des éléments qui ne sont pas très proches du PPU.»

Le PPU de la Pointe-Nord vise à encadrer le développement aux abords de la future station du Réseau express métropolitain (REM).

Articles récents du même sujet