IDS-Verdun
09:49 17 juin 2021 | mise à jour le: 13 juillet 2021 à 10:28 Temps de lecture: 4 minutes

Ramener le prestige du hockey féminin

Ramener le prestige du hockey féminin
Photo: GracieusetéDanièle Sauvageau est ambassadrice pour le hockey féminin au Québec.

Le premier Sommet du hockey féminin aura lieu prochainement. L’objectif de l’événement organisé par le Centre 21.02, basé à l’Auditorium de Verdun, est de propulser le hockey féminin. La présidente du centre, Danièle Sauvageau, désire voir les choses évoluer plus rapidement pour cet enjeu.

L’événement vise à rassembler les acteurs du milieu du hockey et les passionnés de ce sport sous forme de conférences. L’objectif est de permettre des échanges entre les intervenants du hockey et amener les participants à partager leurs expériences et leurs idées pour promouvoir le hockey féminin. 

Danièle Sauvageau, qui est aussi chef de la direction et entraîneuse au Centre 21.02, désire que d’autres éditions du Sommet du hockey féminin voient le jour. Elle espère qu’un portrait de la situation actuelle de la condition féminine dans le milieu sportif sera dressé lors de l’événement. «On espère être en grand nombre parce que lorsqu’on veut faire changer les choses, c’est la force du nombre qui réussit à le faire», soutient-elle.

Mme Sauvageau cumule huit participations aux Jeux olympiques en tant que directrice générale et entraîneuse de l’équipe canadienne. «On veut faire en sorte que le Québec retrouve sa place. On est 4e présentement au Canada dans le nombre de joueuses qui pratique le hockey. Étant la 2e plus grande population [au Canada], il y a des choses à améliorer», plaide-t-elle.

Vision

Les statistiques montrent qu’environ 3% de la sphère médiatique aborde le hockey féminin. «Ça fait 40 ans que je milite pour ça et ça ne change pas. Pour moi, on va dans une direction, mais ça ne va pas assez vite», exprime Mme Sauvageau.

L’arrivée du centre de hockey de haute performance à Verdun est une lueur d’espoir. Cela vient pallier un manque pour les athlètes qui désirent percer. «Les joueuses qui graduent de l’université n’ont pas de place où jouer. C’est comme si on disait à un garçon: après les ligues majeures du Québec, il n’y a plus [d’opportunité] pour toi», dénonce l’entraîneuse.

Grâce au centre, 130 sessions sur la glace ont été offertes cette année. «Les meilleurs éléments s’y retrouvaient. La priorité a été de s’assurer que les joueuses puissent s’entraîner sur la glace et on a été les seuls au Canada à le faire. La prochaine étape c’est d’asseoir une équipe professionnelle sur le haut de la pyramide», explique Mme Sauvageau.

Le but serait de faire revivre l’équipe les Canadiennes, qui avait une ligue professionnelle jusqu’à tout récemment. «On est prêt à Montréal, lance Danièle Sauvageau. On a une équipe et on cherche une ligue.»

Ce sont des capitaux privés qui doivent prendre la relève de la ligue professionnelle pour le hockey féminin. Potentiellement, des équipes de la Ligue nationale de hockey (LNH) supporteraient le projet. C’était le cas avec les Canadiennes. L’équipe avait un appui des Canadiens de Montréal. Un modèle à répéter, estime la présidente du Centre 21.02.

La semaine dernière, la ministre responsable de la Condition féminine, Isabelle Charest, a annoncé un investissement de 375 000$ dans le Centre 21.02. Grâce à cette somme, 40 athlètes pourront bénéficier d’installations adaptées à leurs besoins. Les joueuses pourront continuer à perfectionner leur sport, puis devenir des modèles pour les jeunes filles. 

Le Sommet du hockey féminin aura lieu virtuellement le 19 juin.

Le Centre 21.02
Mis sur pieds au cours des derniers mois, il est le seul centre de haute performance de hockey reconnu par Hockey Québec. Il soutient les joueuses d’élite qui aspirent à jouer pour leur équipe provinciale, nationale et, éventuellement, joindre les rangs professionnels. Le centre a remporté le mois dernier le Prix de la percée du hockey féminin au Canada, présenté par Hockey Canada.

Articles similaires