Lachine & Dorval
12:30 21 avril 2021 | mise à jour le: 21 avril 2021 à 12:30 temps de lecture: 3 minutes

Une militante combat la pollution sur les rives

Une militante combat la pollution sur les rives
Photo: GracieusetéVicki Grondin et sa fille Clara lors d’une collecte de déchets sur les berges de l’arrondissement.

Native de Lachine, Vicki Grondin est une activiste qui combat la pollution sur les rives de l’arrondissement à coups de sensibilisation et d’actions concrètes. Elle est porte-parole du collectif Réclame ta rive et de l’initiative Berges sans trace.

Le mouvement est né le 9 juillet à la suite de l’annonce de la fermeture du parc de Plaisance de Lachine par la Ville de Montréal. La transformation de cet espace en parc riverain accessible à tous a suscité une réaction positive chez plusieurs Lachinois qui souhaitaient protéger les espaces verts.

«Les parcs, surtout depuis la pandémie, sont très fréquentés. C’était une belle occasion de lancer un message de sensibilisation aux résidents pour lutter contre la pollution de nos rives», soutient Mme Grondin.

Réclame ta rive est un regroupement de citoyens activistes en faveur de la création d’un parc riverain qui cherche à promouvoir l’importance des espaces naturels.

Agente de marketing, Mme Grondin avait également milité contre la construction d’une station de services près du port pour des raisons environnementales en 2015.

Berges sans trace

L’initiative, création du collectif Réclame ta rive et du club Aviron Lachine, prend la forme d’une brigade mobile. Les brigadiers circulent le long des berges pour échanger avec la population sur les enjeux liés à la pollution des espaces verts et organisent des corvées de ramassage de déchets.

«On est un peu la police des déchets, plaisante la porte-porte. Nous ramassons toutes sortes de choses, notamment des masques, gobelets de plastiques et des mégots de cigarette.»

Berges sans trace est basé sur les principes de l’organisme environnemental Sans trace Canada. L’approche a pour but de promouvoir l’usage responsable des aires naturelles par l’entremise de la communication.

«L’objectif est d’appliquer ces principes dans le milieu urbain», ajoute Mme Grondin.

L’initiative s’inspire également de la situation à Tokyo. «Depuis les années 1990, les Tokyoïtes sont extrêmement disciplinés en matière de gestion des déchets. On souhaite faire la même chose à Lachine et ainsi devenir nous aussi une influence positive», exprime-t-elle.

Le projet lachinois participe au concours du Programme de soutien aux initiatives citoyennes où il court la chance de remporter la somme de 25 000$.

L’argent servirait à la préparation d’une campagne de communication robuste pour les résidents et les commerçants de l’arrondissement.

Le projet gagnant sera sélectionné par les Lachinois et révélé en début mai.

Articles similaires