LaSalle
17:43 4 mai 2020 | mise à jour le: 4 mai 2020 à 17:43 temps de lecture: 3 minutes

Une LaSalloise est finaliste d’un important concours d’art

Une LaSalloise est finaliste d’un important concours d’art
Photo: Messager LaSalle – Josie DesmaraisAvec son œuvre Outremer, Aurélie Amable devait s’envoler pour Memphis.

L’œuvre d’une LaSalloise a été sélectionnée pour le «Brush off project», une grande compétition d’arts visuels qui se déroule à Memphis, aux États-Unis. Même si l’étape finale est en suspens en raison de la pandémie, Aurélie Amable est fière de voir son travail être reconnu.

Autodidacte, elle refuse d’ailleurs le titre d’artiste, puisqu’elle ne se consacre pas à son art à temps plein.

Le concours auquel elle participe sert également de collecte de fonds pour les sociétés d’Alzheimer du Canada et des États-Unis. Sur tous les tableaux vendus, 50% des recettes iront pour la bonne cause.

«J’étais surprise et heureuse d’être sélectionnée parce qu’on est toujours enthousiaste à l’idée de partager ce qu’on fait et surprise parce que je me retrouve avec des artistes avérés», soutient celle qui travaille dans le secteur de l’alimentation.

Mme Amable se dit d’ailleurs doublement fière à la fois de participer au concours, mais également de pouvoir ainsi s’impliquer pour lutter contre l’Alzheimer.

Sa toile intitulée Outremer ressemble à un bas-relief. Elle a utilisé des matériaux composites, du métal rouillé et même du plâtre, en plus de la peinture acrylique.

«C’est un travail qui évoque l’idée des yoles rondes (une sorte d’embarcation nautique typique de la Martinique) ainsi que l’eau et la lumière», explique Mme Amable. Les couleurs primaires sont le jaune et le bleu.

Pour elle, la création est naturelle. Rien n’a été forcé pour réaliser cette œuvre.

«J’ai eu un coup de cœur avec le bout de métal rouillé. J’avais aussi trouvé le morceau de plâtre et à ce moment-là, je me suis demandé, comment on peut les assembler?», relate la créatrice.

Origines

Née en France, mais ayant fait ses études primaires et secondaires dans le pays natal de ses parents, la Martinique, Aurélie Amable dit s’inspirer largement de ce coin du monde dans ses œuvres. Les couleurs de l’eau et du soleil se retrouvent dans ses créations.

«Quand on entame un projet artistique quelconque, c’est une projection de notre propre conscience que l’on extériorise. C’est une partie de moi que j’extériorise», confie Mme Amable.

Ayant œuvré à temps plein dans le domaine de l’architecture et du design de bâtiment au cours des dix dernières années, la LaSalloise dit créer des œuvres seulement lorsque le temps lui permet.

«Pour rendre un travail intéressant, c’est l’art qui s’impose à nous, pas le contraire. C’est l’activité créatrice qui permet qu’on se renouvelle dans la technique ou dans la façon d’utiliser les moyens.»

Aurélie Amable a étudié le design de l’environnement à l’Université du Québec à Montréal, avant de compléter une maîtrise en architecture à l’Université de Montréal. Sa carrière dans ces domaines l’a aidé à parfaire son art et vice-versa, souligne-t-elle.

Articles similaires