LaSalle
17:54 1 juin 2020 | mise à jour le: 1 juin 2020 à 17:54

Développer les outils numériques

Développer les outils numériques
Photo: GracieusetéFrédérick Bruneault est coresponsable de l’étude sur le numérique avec André Mondoux, aussi professeur à l’École des médias de l’UQAM.

Une vaste étude sur l’utilisation du numérique par les étudiants postsecondaires sera menée par un enseignant du Cégep André-Laurendeau. Le but est non seulement de documenter cette utilisation, mais surtout de créer des outils pédagogiques de sensibilisation et de réflexion adaptée à la nouvelle réalité.

Frédérick Bruneault, qui est également professeur associé à l’École des médias de l’UQAM, explique que les participants auront recours à une application de traçage développée dans cette université pour compiler des données.

Cela permettra de connaître leur utilisation réelle des outils technologiques. On parle ici de géolocalisation, des applications utilisées, ainsi que les métadonnées.

D’une durée de trois ans, l’étude sera menée en collaboration avec le professeur André Mondoux sur des participants volontaires de quatre établissements d’enseignement supérieur, dont André-Laurendeau.

«On compte arriver avec un ensemble d’outils pédagogiques et interactifs qui vont permettre de voir comment on peut monter des activités dans le cadre de l’enseignement postsecondaire pour améliorer les connaissances théoriques et pratiques des étudiants dans leur utilisation des technologies numériques», résume M. Bruneault.

Le but ultime est de pouvoir proposer des solutions à tous.

«Cela participe d’une mise à niveau du système d’éducation. Nous voulons proposer des activités qui pourraient être reprises dans les cursus», soutient l’enseignant de philosophie.

Démarches

Durant la première année en 2020-2021, ce sera la période de collecte de données et d’analyse. Contrairement aux enquêtes traditionnelles, les gens ne peuvent sous-évaluer ou surévaluer leurs habitudes, précise M. Bruneault.

Durant la deuxième année, des activités de sensibilisation et de réflexion sur les enjeux éthiques liées au numérique seront montées. Des ateliers seront ensuite présentés grâce aux données recueillies.

Ces données serviront de mises en situation. Par la suite, d’autres ateliers, en sécurité informatique, entre autres, permettront de donner des outils pratiques aux étudiants pour agir sur leur utilisation du numérique.

Au cours de la dernière année, d’autres ateliers, cette fois-ci accessibles à un plus grand nombre de personnes, permettront de recueillir davantage de commentaires sur la pertinence des activités.

Il y aura une quinzaine de participants par cégep, puisque la quantité de données qui sera recueillie 24 heures sur 24 pendant 2 mois sera phénoménale, d’après M. Bruneault.

Ce projet est mis sur pied grâce à une subvention de 315 000$ du Fonds de recherche du Québec-Société et culture (FRQSC).

Articles similaires