Le Plateau-Mont-Royal
16:15 24 novembre 2020 | mise à jour le: 24 novembre 2020 à 16:15 temps de lecture: 3 minutes

Vélo d’hiver: s’adapter, c’est primordial

Vélo d’hiver: s’adapter, c’est primordial
Photo: Archives Métro

Pour pratiquer le vélo en hiver, il faut s’y préparer. Pneus, équipements, vêtements; des experts en la matière donnent leurs conseils.

Adapter ses pneus, primordial

Pour pouvoir se déplacer sur la neige et la glace, il convient de changer ses pneus habituels. Pour cela, deux solutions: les clous et/ou les crampons en caoutchouc.

Sur ce point, les avis divergent parmi les vendeurs spécialisés. Mais Sylvain Lalonde, de Pignon sur roue et Jacques Quévillon de Vélo Montréal, sont d’accord, ils auraient tendance à conseiller des pneus cloutés «pour percer la glace» et permettre une meilleure adhérence.

Cela dit, il est aussi possible de coupler clous à l’avant et crampons en caoutchouc à l’arrière, les dérapages arrière étant plus facilement gérables. Cela dépendra aussi du budget, affirment les deux professionnels. Un pneu clouté coûte entre 80 et 125$ tandis qu’il faudra compter deux fois moins pour les crampons en caoutchouc. Pour être relativement au sec, on peut aussi penser à s’équiper de garde-boue.

Voir et être vu

Parmi le parfait équipement du cycliste hivernal, M. Quévillon insiste sur l’achat de lumières.

«Un feu blanc à l’avant et un feu rouge à l’arrière», conseille par ailleurs Vélo Québec. Concernant la puissance de l’éclairage, l’organisme oriente vers du 150 lumens ou plus sur un trajet peu éclairé, et du 60 à 150 sur les routes plus lumineuses. Côté prix, il faut compter en moyenne une vingtaine-trentaine de dollars pour chaque lumière.

À mettre dans le sac à dos

Gel oblige, M. Lalonde conseille «de toujours avoir avec soi du dégivrant pour les serrures des cadenas». Le prix? Une dizaine de dollars.

En plus d’une bouteille d’eau, il convient également de mettre dans son sac à dos des piles pour les éclairages du vélo.

Pour se garder au chaud

Concernant l’équipement vestimentaire, on prend les mêmes habitudes que pour les activités hivernales en extérieur : tuque, mitaines, technique de l’oignon, bas chauds.

Il existe aussi des mitaines spéciales à adapter sur le guidon permettant de garder les mains au froid tout en pouvant freiner, fait remarquer Sylvain Lalonde.

Jacques Quévillon conseille de se procurer un couvre-casque, utilisé en général par temps de pluie, il coupe aussi du froid. Le tout, couplé à une mince tuque et un cache col. L’accessoire indispensable pour Vélo Québec? S’équiper de lunettes de ski pour éviter les projections dans les yeux.

Entretien

Le mot d’ordre : lubrification. Celle des freins, des chaînes et des cadenas. Vélo Québec conseille d’opter pour un lubrifiant plus visqueux que par temps chaud.

Avant de partir

Après avoir vérifié que son vélo n’a pas été volé durant la nuit, on peut tester ses freins, ses vitesses, rebaisser la selle pour pouvoir poser le pied à terre.

«La chaussée glacée et les conditions difficiles nécessiteront parfois que vous puissiez poser le pied au sol rapidement pour vous immobiliser ou vous maintenir en équilibre», informe Vélo Québec.

Pour pouvoir rouler sur la glace et la neige, mieux vaut être bien équipé.

200$

Pour mettre son vélo en mode hiver, il faut compter en moyenne 200$ pour l’achat et la pause des pneus, selon deux magasins spécialisés.

Articles similaires