Le Plateau-Mont-Royal
12:26 27 janvier 2021 | mise à jour le: 27 janvier 2021 à 12:27 temps de lecture: 3 minutes

L’impact de la famille Beaubien sur le développement du Mile End

L’impact de la famille Beaubien sur le développement du Mile End
Photo: Archives de la famille BeaubienLa famille Beaubien, réunie dans les jardins de leur résidence d'Outremont, 1914.

Plusieurs générations de la famille Beaubien ont contribué au développement d’Outremont. Leur présence dans l’arrondissement, remontant au 19e siècle, est bien célèbre, mais leurs contributions dans le Mile End le sont moins.

C’est ce qu’a expliqué l’historien Yves Desjardins dans une conférence virtuelle le 21 janvier. Environ 80 personnes y ont participé.

La famille a joué un rôle important dans la création de l’arrondissement d’Outremont, dont Joseph Beaubien a été le maire pendant trente-neuf ans.

Des études datant des dernières années ont également révélé l’implication des Beaubien dans le développement du Mile End. Même leurs derniers descendants n’étaient pas au courant de l’ampleur des efforts de leurs ancêtres sur cette partie de la ville.

«Si le Mile End ressemble à ce qu’il est aujourd’hui, c’est grâce aux Beaubien», affirme M. Desjardins.

Chemin de fer

Le rôle de la famille réputée dans le développement du Mile End est directement relié à la création d’un chemin de fer, a soulevé l’historien montréalais par ses recherches.

Pierre Beaubien, qui était un médecin au milieu du 19e siècle, a donné plusieurs terrains à l’Église catholique de Montréal. Avant que ce don généreux ne soit fait, il n’y avait que des champs sur ces terres. Celles-ci ont servi d’endroits de construction pour plusieurs bâtiments d’envergure, dont l’Église Saint-Enfant-Jésus du Mile End et les édifices qui l’entourent, parmi lesquels figure un couvent. Le parc Lahaie en est aussi né.

Le but du médecin était d’aider le secteur à passer de la campagne, dans laquelle se trouvaient seulement des fermes et des carrières, à un village.

Vers la fin du 19e siècle, le fils de Pierre, Louis Beaubien, s’est allié à Antoine Labelle, aussi connu sous le nom de curé Labelle, pour créer un chemin de fer. En installant une gare au milieu des terres de sa famille, le politicien voulait attirer des industries.

«C’est donc vraiment l’action des Beaubien qui a littéralement transformé ce qui est aujourd’hui le Mile End et, au nord, La-Petite-Patrie, en zone industrielle et en quartier résidentiel», considère M. Desjardins.

Plus de conférences

La Société d’histoire et de généalogie du Plateau-Mont-Royal (SHGP), qui était derrière la conférence virtuelle de M. Desjardins, organise plusieurs événements similaires. Il est possible de consulter leur calendrier sur leur site web ou encore de suivre leur page Facebook pour se tenir au courant de leur actualité et des prochaines conférences à venir.

Yves Desjardins s’est vu décerner le prix Robert-Prévost par la Société historique de Montréal en 2018 pour son livre Histoire du Mile End. Il fait partie de la société d’histoire locale engagée Mémoire du Mile End. L’organisme sans but lucratif organise également des conférences pendant l’hiver ainsi que des visites à pieds l’été.

Articles similaires