Montréal-Nord
18:42 2 décembre 2020 | mise à jour le: 2 décembre 2020 à 19:38 temps de lecture: 3 minutes

CHSLD: des petits Nord-Montréalais bienveillants

CHSLD: des petits Nord-Montréalais bienveillants
Photo: Olivier Faucher/MétroLes enseignantes de l’école Sainte-Colette derrière le projet. Elle posent ici devant le CHSLD où leurs élèves iront chanter.

Sensibilisés à la question des aînés en contexte de pandémie, des élèves d’une école primaire du quartier iront poser des actions bienveillantes, et sécuritaires, pour briser l’isolement des résidents d’un CHSLD.

Dans les quatre classes de quatrième année de l’école Sainte-Colette, on se prépare à rendre une visite surprise à au moins un établissement du boulevard Gouin. Les résidents de celle-ci ne le savent pas encore, mais ils auront droit à un concert de Noël.

«J’ai une personne dans mon entourage qui avait toute son autonomie, toute sa tête et ça l’a beaucoup frustrée d’être seule. Je me dis que c’est particulièrement une année pour ça», explique Mélissa Albanese, l’enseignante derrière l’initiative.

«Avec le contexte actuel, ces personnes-là sont particulièrement isolées. Même les gens qui sont habituellement moins isolées dans les CHSLD le sont davantage maintenant», souligne sa collègue Emilie Roy.

Quelques jours avant Noël, les élèves iront chanter devant l’établissement, à l’extérieur, en respectant les mesures sanitaires. Le spectacle sera diffusé en direct dans le CHSLD.

«C’était important d’aller au bout de notre geste, même s’il y a une personne qui nous entend à travers la fenêtre», explique Mme Albanese.

Empathie des jeunes

Dans un autre volet du projet, les quatre enseignantes ont demandé aux élèves de devenir auteur et de rédiger des «récits d’hiver» qui seront préenregistrés avec la voix des enfants et envoyés aux patients de ce CHSLD.

«On veut que des personnes âgées puissent entendre des voix d’enfants et écouter leur histoire», explique l’enseignante Véronique Desjardins.

Selon les professeures, les élèves démontrent beaucoup d’empathie envers les personnes âgées, ce qui les motive à faire avancer le projet.

«Les enfants ont raconté leurs histoires sur leurs grands-parents, leur grande tante ou une voisine plus âgée qui ont été seuls. Je pense que ça permet aux enfants de voir qu’ils posent un geste dans leur quartier. Ça va être une belle fierté», relate Mme Desjardins.

Récompenses

Les élèves sont aussi incités à poser par eux-mêmes des gestes de bienveillance tout au long du mois de décembre, autant à l’école qu’à la maison.

Pour récompenser les élèves, dont certains sont issus de milieux défavorisés, les enseignantes ont pu compter sur la générosité de leur entourage et même d’inconnus pour pouvoir leur offrir une surprise.

Articles similaires