Ouest-de-l’Île

Sabrina Locas: l’ancienne du Lakeshore a signé au FC Metz

À gauche, Sabrina Locas. À droite, l’entraîneur du FC Metz, Jessica Silva.
À gauche, Sabrina Locas. À droite, l’entraîneur du FC Metz, Jessica Silva. Photo: Gracieuseté-Football Club de Metz

Ancienne gardienne de but du Lakeshore U19, Sabrina Locas a signé son premier contrat professionnel. La jeune femme de 22 ans rejoint l’équipe féminine du Football Club de Metz (FC Metz), en deuxième division (D2) du championnat français, sous l’egide de Jessica Silva.

La Lachinoise d’origine retrouve son entraîneur durant les Jeux du Canada de 2017. Initialement recrutée comme directrice technique en décembre 2019, Jessica Silva a été nommée entraîneuse-chef de l’équipe messine en août 2020.

Sabrina Locas est une des nombreuses recrues estivales du FC Metz. Le club veut reconstruire son équipe en vue d’une montée en Division 1 féminine (D1).

La perspective de rejouer sous l’égide de Mme Silva a motivé la jeune portière à mouiller le maillot grenat. Mme Locas avait reçu des offres pour évoluer en Suède et au Portugal lorsqu’elle entamait ses études à l’Université McGill.

«Jess [Silva], c’est elle qui m’a permis de franchir un palier dans mon sport en tant que gardienne et personne. Elle m’a donné la petite poussée pour continuer», raconte Mme Locas, qui avait envisagé d’arrêter le soccer par le passé.

Durant son secondaire, elle voulait poursuivre une carrière policière et avait quitté le Centre National Haute Performance (CNHP). «Ce n’est pas bien vu», explique-t-elle. Aux Jeux du Canada de 2017, l’effectif d’Équipe Québec était constitué uniquement de membres du CNHP.

Jessica Silva a malgré cela convié Sabrina Locas au camp d’entraînement.

Arrivée ailleurs

La dernière numéro un des Purple Eagles de Niagara n’a pas touché au ballon durant près d’un an et demi avant de rejoindre le club français. La pandémie a causé un arrêt de la National Collegiate Athletics Association (NCAA).

Sabrina Locas est une des quatre gardiennes de l’équipe du FC Metz. La première des grenats est Justine Lerond, formée au club et membre de l’équipe nationale française. L’administration du FC Metz prévoyait un départ de l’internationale française. Mme Lerond a finalement décidé de rester.

Mme Locas est prête à faire sa place. «Je me donne le temps de reprendre le rythme et d’atteindre le niveau que je veux avoir», exprime-t-elle. Elle est aussi sûre qu’en mettant des efforts, son entraîneuse lui donnera du temps de jeu.

Plus loin, elle veut se familiariser avec le niveau et la nature du football français. En Amérique du Nord, le jeu est axé sur l’athlétisme des joueuses.

En France, l’offensive s’appuie sur les aptitudes techniques et la circulation de balle avec moins de touchers. « J’ai assisté à deux matches de mon équipe. Je n’ai jamais fait partie d’un collectif qui joue de la sorte », s’émerveille la Montréalaise.

Le jeu de possession requiert souvent une aisance des gardiens d’avoir la balle aux pieds, en plus de protéger les filets. Initialement défenseure jusqu’à l’âge de 12 ans, Mme Locas a développé cette qualité, en pratiquant aussi le futsal avec sa sœur aînée.

Avec près de 117 500 habitants et une grande présence végétale, la commune de Metz rappelle énormément à Mme Locas la ville de Rigaud où elle habitait.

Articles récents du même sujet