Hochelaga-Maisonneuve
19:47 14 janvier 2021 | mise à jour le: 14 janvier 2021 à 19:48 temps de lecture: 3 minutes

Québec solidaire appelle le gouvernement à agir pour l’HMR

Québec solidaire appelle le gouvernement à agir pour l’HMR
Photo: Zoé Magalhaès/Journal de RosemontLe pavillon principal de l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont est particulièrement délabré.

Inquiet face à la «catastrophe» qui menace l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont (HMR), le député solidaire Vincent Marissal exhorte le ministre de la santé et des services sociaux, Christian Dubé, à agir.

Pénurie de main d’œuvre, fermeture de lits, urgence saturée, visites interdites: la situation semble se dégrader toujours plus à l’HMR ces derniers mois. Face à cela, le député de Rosemont Vincent Marissal appelle Québec à prendre rapidement des mesures pour éviter le bris de service qui menace l’hôpital.

«Je suis très inquiet de la situation à Maisonneuve-Rosemont, et ce depuis des années. C’est une catastrophe qui attend d’arriver. La pandémie ne fait que confirmer que cet hôpital est arrivé au bout de sa vie utile», déplore-t-il.

Compte tenu de la vétusté de l’établissement de santé, il reproche au gouvernement Legault d’avoir désigné l’HMR comme centre COVID lors de la première et la deuxième vague.

«J’ai alerté le ministre de la santé, mais rien n’a été fait entre les deux vagues», souligne-t-il.

Aujourd’hui, il demande à M. Dubé de donner une directive claire afin que les patients atteints de la COVID-19 et les personnes se présentant aux urgences puissent être efficacement redirigées vers d’autres centres hospitaliers.

«La sous-ministre de la santé a affirmé encore cette semaine que les patients étaient répartis de manière équitable entre les différents hôpitaux, mais c’est faux, affirme M. Marissal. L’hôpital est au bout des ses ressources, il faut agir sans attendre.»

La COVID hors de contrôle?

Si le CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal n’évoque pas le risque d’une «catastrophe», il reconnaissait la semaine dernière que l’HMR se trouvait dans une situation «très précaire».

En effet, en date du 5 janvier, 100 % des lits de l’hôpital étaient occupés alors que le manque de main d’œuvre et la vétusté des bâtiments a réduit de près de 25 % la capacité d’accueil de l’HMR.

De plus, Radio-Canada révélait hier que la COVID semble circuler au sein même de l’hôpital, touchant à la fois les patients et les soignants. Selon cet article, la majorité des patients atteints de la COVID-19 à l’HMR l’auraient attrapée au cours de leur hospitalisation.

Plus tôt cette semaine, une éclosion de COVID-19 a d’ailleurs été déclarée au sein de son service d’urgence. Une perte de contrôle due notamment à un achalandage élevé et un manque accru de personnel.

«Le grand nombre de personnes à l’urgence fait en sorte que nous avons de plus en plus de difficulté à mettre en place des mesures de distanciation sociale et de prévention et un contrôle des infections adéquates», expliquait alors la Dre Martine Leblanc, directrice des Services professionnels au CIUSSS.

Articles similaires