Saint-Laurent
17:34 21 février 2020 | mise à jour le: 22 février 2020 à 18:51

L’ABC du déneigement dans Saint-Laurent

L’ABC du déneigement dans Saint-Laurent
Photo: Nouvelles Saint-Laurent News – Laurent Lavoie

L’hiver québécois n’a pas ménagé les services de déneigement des arrondissements montréalais cette année. À Saint-Laurent, le deuxième plus grand réseau routier de la ville, aux grandes tempêtes les grands moyens.

À l’heure actuelle, selon la Ville de Montréal, les 581 kilomètres de rues et les trottoirs laurentiens sont déneigés, alors qu’environ une dizaine de centimètres sont récemment tombés.

Il est estimé qu’une tempête moyenne de 15 à 20 centimètres peut coûter plus de 1 M$ à l’administration laurentienne.

Une vingtaine de chenillettes, dix appareils déblayant les rues, cinq saleuses de rues et une dizaine de souffleuses sont à la disposition de l’arrondissement. À cela, s’ajoute une vingtaine de machines provenant d’entreprises privées.

«C’est le même équipement qui sert de jour et de nuit, donc ça met une pression sur l’atelier mécanique qui doit l’entretenir», mentionne le directeur aux travaux publics de l’arrondissement Saint-Laurent, François Lapalme.

Défis

Saint-Laurent est constitué de deux secteurs distincts: l’industriel, soit 70% de l’arrondissement, et le résidentiel.

Les stratégies de déblaiement et de déneigement varient d’un endroit à l’autre.

Dans l’industriel, la neige peut être projetée sur les terrains.

«Il y a plus d’espace, les compagnies ne sont pas si proches de la rue. Il y a des entrées importantes en face de ces édifices-là», dit M. Lapalme.

Le territoire industriel est pris en charge par deux entrepreneurs qui travaillent en collaboration avec les services de déneigement.

«Ils fournissent de l’équipement à la Ville pour souffler et déblayer une grande partie du secteur», soutient M. Lapalme.

Étapes

Lorsque la neige tombe dans les rues de Saint-Laurent, la machinerie la tasse d’abord en bordure de rue pour dégager la voie.

Viennent ensuite les opérations de soufflage et de chargement vers les deux sites d’entassement sur le boulevard Thimens et la rue Sartelon. Une chute à l’égout est aussi disponible, permettant de verser la neige dans un puits.

Une deuxième près du chemin Côte-de-Liesse, près des bâtiments anciennement occupés par l’Office national de film (ONF), pouvait servir auparavant.

Le terrain a toutefois été exproprié pour les travaux de l’une des cinq stations du Réseau express métropolitain (REM).

«C’est majeur, mais on va s’arranger pour redistribuer la neige», indique M. Lapalme.

Par après, ce terrain reviendra toutefois à l’arrondissement et pourrait être utilisé pour un nouveau projet de construction.

Priorités

  • Écoles
  • Églises et lieux de culte
  • Centres de santé

43 km2

Saint-Laurent est le plus grand arrondissement montréalais avec une superficie de 43 km2. Il est toutefois deuxième derrière Rivière-des-Prairies–Pointes-aux-Trembles avec le nombre de kilomètres à déneiger, avec 581.

Surprise

L’arrondissement a été pris de court pour la première tempête à la mi-novembre. Ayant eu lieu plus tôt que les autres années, des souffleuses qui ont servi pour les inondations n’avaient pas encore été vérifiées. Elles ont tout de même été mises sur le terrain, provoquant quelques bris. Or, l’équipement a été réparé à temps pour la tempête qui a suivi.

Ils ont dit…

  • «Pour les côtés de rues, est-ce qu’il n’y aurait pas moyen d’enlever le plus gros, rendre ça ‘stationnable’ pour une auto normale sans mettre ça absolument parfait sur l’asphalte? Les travailleurs pourraient faire plus de rues rapidement et le soleil se chargerait du reste.» – H. Jean
  • «Très satisfait. Merci beaucoup.» – M. Shoufan
  • « Les voitures peuvent seulement passer une à la fois. Personne ne sait le code de conduite, car le déneigement d’un côté de la rue a été fait 1 semaine après la tempête» – L. Martino

Articles similaires