Saint-Laurent
13:06 14 mai 2020 | mise à jour le: 14 mai 2020 à 13:06

Tricots Maxime: de matelas à masques de protection

Tricots Maxime: de matelas à masques de protection
Photo: Gracieuseté – Tricots MaximeLe fabricant de tissus Tricots Maxime possédait l’équipement nécessaire pour se lancer dans la confection de masques afin de participer à l’effort collectif de protéger le personnel soignant.

Il y a quelques semaines, le propriétaire de l’entreprise basée à Saint-Laurent Tricots Maxime n’aurait pu prédire qu’il aurait autant de visibilité. Un de ses nouveaux masques a été porté par le premier ministre François Legault lors de son point de presse quotidien, mercredi.

Quelques échantillons avaient été envoyés récemment à la garde rapprochée du premier ministre. «On l’a su juste un peu avant [qu’il allait le porter], alors on a eu le temps de se préparer. Ça a été une belle surprise», dit Maxime Thériault.

Le groupe fondé en 1985 compte six divisions, dont TM Couture et Fabrication TM, toutes deux installées à Saint-Laurent. La confection de tissus était la principale source de revenus avant la pandémie.

«On est passé du tissu de matelas aux masques et aux blouses de protection. On avait les machines et la capacité de le faire», indique M. Thériault, qui a habité pendant cinq ans dans l’arrondissement laurentien.

Cette adaptation a mené à la création, à la fin du mois d’avril, de MK Medical, un service de vente en ligne.

«C’est sûr que ça a été un défi, il n’y a pas de doute là-dessus. Les employés ont vraiment aidé, dit M. Thériault. Faire le produit en tant que tel, ce n’était peut-être pas la chose la plus difficile, mais c’est plutôt de faire l’adaptation et de changer nos modèles de production.»

Collaboration

Tricots Maxime, inscrit au Panier bleu, dit accorder une importance particulière au commerce local. Le groupe fabrique son propre tissu et les élastiques des masques proviennent d’un fournisseur montréalais.

«Il y a une belle collaboration dans l’industrie du textile en ce moment. Les compagnies travaillent bien ensemble, dit l’entrepreneur de 34 ans. C’est une industrie qui est un peu moins séduisante si on veut, et là on voit en temps de pandémie que c’est important d’avoir un réseau de fournisseur textile local.»

Tricots Maxime, dont le chiffre d’affaires annuel est de 50 M$, produit environ 1 000 blouses et 4 000 masques quotidiennement.

Pour assurer la sécurité des employés, des mesures d’hygiène ont été mises en place. Une seule porte d’entrée est utilisée dans l’édifice, la lavage des mains avant de travailler est obligatoire et les espaces communs sont nettoyés plus fréquemment.

150

Sur ses 300 employés, 200 ont dû être mis à pied en raison du confinement, mais les nouveautés du groupe ont permis la réembauche de 150 d’entre eux. Le propriétaire Maxime Thériault espère remettre au travail le reste de son personnel avec la relance de l’économie québécoise.

Articles similaires