Saint-Léonard
15:37 29 mai 2020 | mise à jour le: 29 mai 2020 à 15:37 temps de lecture: 2 minutes

Entreprenariat : Se réinventer pour survivre à la crise

Entreprenariat : Se réinventer pour survivre à la crise
Photo: CourtoisieL’entreprise Happening, spécialisée dans l’événementiel, proposera des cloisons visant à séparer les espaces en ces temps de distanciation sociale.

Œuvrant dans le domaine de l’événementiel, l’entreprise Happening a été durement touchée par la crise, alors que son secteur d’affaires est au point mort. Afin de survivre, elle tente maintenant de se réinventer.

«Dès le 12 mars, lors de l’annonce de l’interdiction des rassemblements, on a dû mettre à pied la majorité de notre personnel, admet Pascal Desharnais, président de l’entreprise. On savait que les prochains mois allaient être très calmes pour nous.»

Les semaines ayant suivi ont plutôt été occupées à effectuer des demandes de subventions et de chercher du financement pour passer à travers ce qu’il prévoyait être une période difficile.

«À force de suivre des webinaires et de regarder l’actualité, force était de constater qu’il n’y aurait pas d’événements avant un très long moment», ajoute M. Desharnais.

C’est à ce moment que son équipe a commencé à réfléchir à ce qui constituait les forces de l’entreprise, et de la façon dont celle-ci pourrait se réinventer.

«Ce qui ressortait est que nous sommes des experts en conception d’environnement. Par exemple, on a souvent fait des murs amovibles pour remanier les espaces événementiels»

Relancer l’entreprise

C’est avec cette idée de créer des cloisons personnalisables que l’entreprise est allée de l’avant.

«En analysant les besoins, on se disait qu’il y aurait une reconfiguration requise. Par exemple, pour les personnes qui ont des bureaux à air ouvert, l’ajout de cloison pourrait être intéressant.»

En mars 2019, Happening avait été sélectionnée par la Ville de Montréal pour recevoir un mentorat à propos de l’écoresponsabilité. Un élément qui est resté dans la réinvention de l’entreprise.

«On a fait l’achat d’une presse à plastique recyclé pour produire nous-même les panneaux qu’on offrira. Nous voulions voir jusqu’à quel point on pouvait intégrer le développement durable dans la conception de nos produits.»

Se préparant à sa relance, l’entreprise a déjà rappelé la moitié du personnel qui avait été mis à pied. «On espère pouvoir faire une troisième vague de réembauche d’ici les deux prochaines semaines, en fonction du nombre de commandes», ajoute M. Desharnais.

Articles similaires