Finances personnelles

10 trucs pour économiser en janvier

Photo: Istock/worraset

Ayoye. Les relevés du magasinage de décembre commencent à arriver et ça fait mal. Pour certains en tout cas. Après l’euphorie des Fêtes (ratées), l’heure est au paiement des cadeaux et de tous ces «extras» auxquels on a cédé alors que la pandémie semblait sous contrôle et qu’on pensait bien pouvoir réveillonner à 20 personnes autour d’une table bien garnie. Voici 10 trucs pour assainir vos finances.

Commencer à prévoir Noël 2022… en janvier

N’attendez pas en novembre pour commercer à mettre de l’argent de côté pour vous procurer victuailles et cadeaux pour les prochaines Fêtes. Car il y a des spéciaux à l’année longue, rappelle Option consommateurs. Vous pourrez toujours congeler la dinde lorsqu’elle sera en vente à 1,19$ la livre ! Surtout que les spéciaux ont été assez rares cette année.

Planifier vos achats

Qu’il s’agisse du cadeau pour votre chéri.e ou de celui de belle-maman, prendre l’habitude de prévoir vos achats pourrait vous permettre d’économiser. En vous donnant un peu plus de temps avant d’acheter, vous pourrez comparer les produits, surveiller les ventes ou pré-magasiner sur Internet. Ou encore trouver un meilleur cadeau !

Économiser à l’épicerie

Personne ne refusera de payer moins cher pour se nourrir! Et il y a plusieurs moyens pour économiser.

  1. Acheter des aliments au rabais, notamment ceux pour ceux pour «vente rapide» qui doivent être cuisinés rapidement.
  2. Faites l’inventaire du frigo/garde-manger avant d’aller à l’épicerie.
  3. Manger avant de partir, car faire l’épicerie le ventre vide fait gonfler la facture.
  4. Se procurer uniquement les éléments qu’il y a sur votre liste. Oublier les chocolats/revue/gommes vendus dans les présentoirs près des caisses.
  5. Prévoir les achats, cuisiner maison et congeler les surplus.
  6. Participer à une cuisine collective.

Utiliser une seule carte de crédit

Disposer d’une seule carte de crédit permet de vérifier ses transactions plus facilement: suivi plus facile des achats, régularité des paiements à faire (toujours à la même date), meilleur contrôle des dépenses (car les achats sont tous regroupés sur un seul relevé). Finalement, en ayant un seul programme de prime, la ristourne pourrait être plus grosse.

C’est souvent lorsque les cartes de crédit s’embrouillent que les choses se gâtent. Ce devrait être un signal d’alarme, dit Stephan V. Moyneur, vice-président et syndic autorisé en insolvabilité chez, de Ginsberg Gingras, un syndic en insolvabilité de Saint-Jérôme. Lorsque vous utilisez le crédit pour payer les cartes de crédit courantes, c’est signe que le budget est sous pression.

D’ailleurs, M. Moyneur voit souvent arriver dans son bureau des gens bardés de cartes de crédit remplies à pleine capacité. C’est que l’argent électronique a tendance à être un peu plus abstrait que les billets. Payer une chemise 100$ en argent comptant est beaucoup plus «réel» que de présenter sa carte de crédit flash, une opération qui prendra 3 secondes au maximum. Oups.

Faire son budget

S’il y a une résolution que vous devriez prendre en 2022 c’est celle-ci: je ferai un budget cette année. C’est l’outil qui vous permettra d’avoir un portrait clair de votre situation, de constater la marge de manœuvre dont vous disposez et de voir où va votre argent. «Votre budget doit être réaliste, conseille M. Moyneur, en ce sens qu’il faut mettre les vrais chiffres, pas des hypothèses.»

D’ailleurs, selon cet expert, c’est lorsqu’on ne se réfère plus à son budget que la situation risque de déraper. À ce moment-là, on improvise et on utilise le crédit pour pallier la situation. Et le tourbillon s’enclenche.

Option consommateurs a concocté un budget-type un pour vous aider. Il s’agit d’un fichier Excel que vous adaptez à votre situation.

Pas d’ordi? Pas grave! Un bon vieux cahier ligné et une calculette feront l’affaire. On ira à la bonne franquette dans ce cas, mais toujours avec rigueur et assiduité.

Revoir ses dépenses

La marge de manœuvre peut être mince parfois. Raison de plus pour scruter chaque dépense ou facture attentivement. C’est l’occasion de revoir ses forfaits cellulaires, abonnements divers ou assurances. Avez-vous vraiment le moyen d’avoir 50 chaînes câblées? N’hésitez pas à appeler les sociétés qui vous assurent (maison, vie ou voiture) afin de voir s’il n’était pas possible de réduire un peu ces dépenses récurrentes.

Dernier conseil : au lieu de se procurer le dernier cellulaire à la mode, pensez à le faire réparer votre vieil appareil. Visitez internet, car l’offre en la matière est abondante et très abordable.

Accroître ses revenus

Évidemment en plus de couper ses dépenses, on peut aussi accroître ses revenus, que ce soit en trouvant un emploi d’appoint, en vendant ses compétences (donner des cours de guitare, faire du gardiennage de dépannage ou coiffer des aînés à domicile) ou en vendant les choses qu’on n’utilise plus à d’autres. Le web recèle d’occasions potentielles. N’oubliez toutefois pas de déclarer ces revenus additionnels à l’impôt.

Acheter usagé

Qui a absolument besoin de souliers neufs à tout prix? Personne, sauf si on parle d’envie. Et si on fréquentait les friperies, s’abonnait à Vinted, devenait membre d’une bibliothèque d’outils ou réparait ses choses?

Prioriser ses dettes

Beaucoup de gens mettent de l’argent dans leur CELI et leur REER malgré les soldes importants de leurs cartes de crédit, lesquelles ont des taux d’intérêt élevés, poursuit M. Moyneur. Celui-ci rappelle que, généralement, les rendements des placements sont moins élevés que les taux d’intérêt sur les cartes de crédit. Surtout celles des magasins comme Canadian Tire, La Baie ou Easy Financial.

En clair: ce n’est pas la meilleure des stratégies pour plusieurs. Priorité aux dettes à intérêts élevés donc. Une fois ces soldes payés, on épargne.

Changer ses comportements

Économiser davantage, c’est comme perdre du poids: ça ne se fera pas sans efforts. Il faut changer ses habitudes, ses priorités et ses habitudes de consommation pour atteindre ses objectifs, quels qu’ils soient. C’est un peu le propos du journaliste Pierre Craig et de ses invitées dans ce balado, que je vous invite à écouter.

Gym fermé, abonnement remboursé

Avec la fermeture des gyms en raison de la COVID-19, la partie non-utilisée devrait vous être remboursée. Ouf.

«Si vous ne pouvez pas y aller, vous devez être remboursé, peu importe la raison [de la fermeture]. Évidemment, il y a des gyms qui vont donner toutes sortes de raisons pour ne pas le faire mais la loi est claire», a dit Charles Tanguay, porte-parole de l’Office du consommateur au cours d’un entretien téléphonique.

D’autres d’options peut aussi vous être offertes, que vous être libre d’accepter ou pas. C’est à votre convenance, poursuit M. Tanguay.

Selon le type de votre abonnement, vous pourriez ne pas être remboursé pour la fermeture en raison de la pandémie, toutefois. Mais avant tout, il faut s’assurer que votre gym détienne un permis, ce qui l’a obligé à versé une caution pour couvrir ce genre de situations.

Bonne nouvelle pour les clients, «ça arrive fréquemment que l’Office rembourse des clients de gyms lésés».

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet