Techno

Cyberintimidation: une infraction criminelle?

Les enseignants canadiens souhaitent que la cyberintimidation devienne une infraction criminelle.

Lors
d’un congrès samedi dernier à Moncton, au Nouveau-Brunswick, les
délégués de la Fédération canadienne des enseignants (FCE) ont voté en
faveur d’une résolution pour demander au ministère de la Justice de
modifier le Code criminel canadien pour criminaliser la
cyberintimidation.

Les délégués de la FCE ont également demandé au gouvernement fédéral
de donner plus de moyens financiers aux policiers afin qu’ils puissent
mener à bien leurs enquêtes concernant le harcèlement psychologique par
Internet.

Lors d’une entrevue accordée à Radio-Canada, Paul Taillefer,
vice-président de la Fédération, a affirmé que le Code criminel doit
absolument être mis à jour pour inclure ce phénomène naissant et qui
frappe surtout les écoles.

Selon la FCE, un jeune Canadien sur cinq soutient avoir été victime
de cyberintimidation, tandis qu’un sur trois admet avoir déjà intimidé
quelqu’un sur Internet.

Bien qu’elle exige un plus grand rôle du ministère de la Justice et
des policiers pour contrer la croissance de la cyberintimidation, la
FCE rappelle cependant que les parents et les enseignants doivent aussi
y participer, notamment en supervisant davantage les enfants.

Rappelons que le gouvernement du Québec a pour sa part dévoilé en
avril un plan d’action pour lutter contre la violence à l’école, dont
la cyberintimidation. La mise en Å“uvre du plan d’action nécessitera un
investissement de près de 17 millions de dollars répartis sur trois
ans, de l’année scolaire 2008-2009 à l’année scolaire 2010-2011. Pour
plus de détails, cliquez ici.

(Source: Radio-Canada)

Articles récents du même sujet