Techno

NIP à NIP : le commissaire à l'information inquiet

Le commissaire à l’information du Canada,
Robert Marleau, s’inquiète de l’absence de règles régissant
l’utilisation de l’option de courriel NIP à NIP offerte sur le
Blackberry.

Les
téléphones intelligents Blackberry offrent à ses utilisateurs un
service de message NIP à NIP, c’est-à-dire qu’au lieu d’utiliser
l’adresse courriel du destinataire, l’utilisateur utilise le numéro
d’identification personnel du Blackberry de son destinataire. Mais,
contrairement au service de courriel traditionnel, le NIP à NIP ne
laisse pas de trace, ce qui inquiète le commissaire à l’information du
Canada, Robert Marleau, rapporte aujourd’hui Radio-Canada.

Le commissaire s’inquiète surtout des échanges entre utilisateurs de
l’appareil au sein des ministères qui pourraient ainsi rendre
inaccessibles certains documents. « Il peut y avoir de la documentation
fondamentale à la compréhension du dossier qui devient très éphémère si
les gens ne sont pas bien avertis qu’une fois effacé, c’est disparu à
tout jamais », a expliqué Robert Marleau à la SRC.

Par ailleurs, l’option NIP à NIP n’encrypte pas les messages par
défaut, certaines entreprises conseille donc à leurs employés de ne pas
envoyer de messages sensibles avec cette fonction, bien qu’il soit
possible aux gestionnaires de réseaux d’encrypter ces échanges.

Selon la SRC, l’Agence du revenu du Canada a décidé de bloquer cette
option sur les appareils de ses employés, mais aurait donné la
directive à ses cadres de l’utiliser lorsqu’ils ont de l’information
importante à envoyer au bureau du ministre.

Articles récents du même sujet