Soutenez

Alcool dans les parcs: Denis Coderre fait volte-face

Alcool dans les parcs: Denis Coderre fait volte-face
Denis Coderre a présenté les candidats de son équipe Ensemble Montréal en vue des élections municipales. Photo: Josie Desmarais/Journal Métro

Contrairement à ce qu’il avait déclaré mercredi, le candidat à la mairie Denis Coderre ne veut plus interdire la consommation d’alcool dans les parcs de Montréal après 20h.

L’application stricte de la réglementation actuelle suffit, selon lui. Dans la plupart des parcs, elle stipule qu’un repas doit accompagner l’alcool que l’on consomme. Un caucus spécial sur la question a été tenu par Ensemble Montréal sur la question, jeudi.

Le Service de police de la ville de Montréal doit être mieux équipé, estime-t-il, pour s’assurer que ce règlement est respecté. «Pour moi, c’est la sécurité qui est importante, statue-t-il. Le 20 h, ce n’est pas important.»

Il cible notamment les parcs dans le secteur de Ville-Marie, en plus des parcs Lafontaine et Laurier. Le problème serait particulièrement les rassemblements tard en soirée.

«Pour les familles, il n’y en a pas de problème, mais après 10h, 11h le soir, il y a des réalités. Est-ce que les policiers ont les mains liées, est-ce qu’on leur donne les outils nécessaires pour gérer les débordements?», questionne-t-il.

Deux jours plus tôt, M. Coderre avait fait allusion au maire de Québec, Régis Labeaume, qui a instauré des mesures pour limiter la consommation dans les parcs. «Le maire Coderre ferait en sorte qu’après 20 h, il n’y en aurait pas, de boisson», avait-il lancé.

La mairesse Valérie Plante avait vivement critiqué la proposition, le considérant «déconnectée de la réalité.»

«Une telle proposition vient surtout pénaliser les familles et les jeunes. On sait que 60% des Montréalais n’ont pas de cour et on leur dit, non, les parcs ne sont plus pour vous, à la place allez vous entasser dans une maison dans un sous-sol», avait-elle réagi.

Priorité sécurité

En réaction aux fusillades qui ont éclaté dans le Vieux-Port la fin de semaine dernière, M. Coderre estime que Projet Montréal a «un bilan à remplir.»

«Il ne faut pas se cacher la tête dans le sable, estime-t-il. Les commerçants à qui j’ai parlé sont inquiets présentement.»

«Redéfinir la façon dont la police fonctionne» serait nécessaire, notamment pour assurer la santé mentale des agents. Le définancement n’est pas une solution, selon lui.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.