Culture

Sur les traces de Dédé

L’entrée au Métropolis, hier, donnait l’impression de revenir 15 ans en arrière. Du fond de la salle, on pouvait voir sur la scène un joyeux groupe de musiciens interpréter la chanson Bonyeu des Colocs.

En réalité, certaines scènes de spectacle du film sur Dédé Fortin – le chanteur des Colocs qui s’est suicidé en mai 2000 – étaient tournées hier au Métropolis, lieu choisi pour représenter le défunt Spectrum.

Dédé, à travers les brumes, prévu pour mars 2009, est en tournage depuis février et le sera jusqu’à la fin du mois de juin. Le film, qui portera sur les principales étapes de la création du dernier album des Colocs, Dehors novembre, reconstituera aussi quel­ques spectacles du grou­pe, relatera des moments de l’enfance du chanteur ainsi que ses états d’âme et ses périodes d’angoisse.

De Loco Locass aux Colocs
C’est Sébastien Ricard, le Batlam du groupe Loco Locass, qui a été choisi pour incarner Dédé Fortin. Après avoir interprété des succès des Colocs en audition, celui qui a joué entre autres dans Nos étés III et Les Hauts et les bas de Sophie Paquin, ainsi qu’au théâtre, a été choisi pour son énergie et ses talents d’acteur et de chanteur. Il se dit conscient de l’impact que peut avoir sa performance dans son premier grand rôle au cinéma.

«Je sais qu’il faut que ce soit bon parce que c’est le genre de rôle qui te colle longtemps à la peau!» affirme-t-il.

D’ailleurs, avant de se lancer dans ce grand défi, Sébastien, qui n’était pas un fan des Colocs, a entamé une longue préparation faite de lectures, de l’écoute de l’Å“uvre entière du groupe et de la rencontre d’une des sÅ“urs de Dédé.

«Ce que j’ai découvert est incroyable! À mon avis, les Colocs sont les ancêtres de plusieurs groupes québécois d’aujourd’hui, dont les Loco Locass. Ils ont vraiment remué la musique québécoise!»

La musique avant tout!
Après cette préparation, l’équipe a pu se lancer dans l’enregistrement des chansons, toutes interprétées par le comédien, et ce, avant même le commencement du tournage.

«C’est sûrement l’interprétation des chansons qui a été le plus gros défi pour moi, avoue l’acteur et chanteur. Quand tu chantes, c’est comme un gros plan sur toi. Et quand il s’agit des chansons d’un autre, c’est assez difficile! Ce qui me paraît le plus important, c’est de rendre l’essence de ce qu’a été le personnage, mais sans le copier.»

Le film, scénarisé et réalisé par Jean-Philippe Duval (Matroni et moi), montrera selon Sébastien Ricard un côté moins connu de Dédé Fortin.

«Il était intense, leader, fou et discipliné. Le public ne connaissait de lui que son côté joyeux, mais le film abordera aussi son côté plus torturé. Ce sera un film très poétique…»

Articles récents du même sujet