Culture

Superhéros, superdiversité?

Superhéros, superdiversité?
Photo: Marvel StudiosBlack Panther

2019 est l’année des superhéros au cinéma, avec 11 sorties du genre en salle et une foule d’autres en préparation. Ces productions vont-elles sauver le monde et témoigner de sa diversité?

Au cours de la dernière décennie­, l’industrie du film a été inondée de films de superhéros, avec 41 longs métrages, dont plusieurs sont devenus des succès à grande échelle. En fait, cinq des films les plus populaires de l’histoire mettent en scène des superhéros. La quatrième mouture des Avengers, tirée de l’univers de Marvel, s’apprête à devenir le film le plus payant de l’histoire, dépassant Avatar, qui trônait au sommet du classement depuis 10 ans.

La fièvre des superhéros va perdurer encore quelques années. Dix films du genre sont prévus pour 2020 et d’autres sont au calendrier pour 2021.

La popularité de ces héros de bandes dessinées dans l’univers cinématographique leur a permis de conquérir de nouveaux territoires. Des milliers de jouets, de livres, de séries télé et même de parcs d’attractions à leur effigie sont apparus.

Ce succès a aussi provoqué­ l’émergence de nouveaux personnages et même de nouvelles maisons d’édition, qui cherchent à créer des héros capables de se distinguer de la masse.

«Il y a certaines choses qu’on peut faire pour changer la donne, comme s’assurer que nos personnages­ sont diversifiés et que nos histoires mettent en scène des femmes et des minorités.» Sha Nazir, fondateur de BHP Comics

C’est le cas de Sha Nazir, un Écossais qui a créé sa propre maison d’édition, BHP Comics, pour pallier l’absence de personnages et de créateurs d’origine sud-asiatique dans le monde de la BD. Selon lui, les comics devraient refléter la société.

«Nous devons servir de miroir à la société, de reflet du monde dans lequel nous vivons. Ça s’est produit au cinéma et à la télévision au cours des dernières années, mais il y a encore du travail à faire dans le monde de la bande dessinée», a-t-il expliqué à Métro.

La très grande présence des superhéros à l’écran a certainement mené à une plus grande diversification des personnages. Par exemple, Thor est incarné par une femme dans certaines éditions de Marvel, alors qu’un jeune Afro-Américain peut entrer dans la peau de Spiderman. Sans parler du succès planétaire de Black Panther et de sa distribution presque exclusivement noire.

«Je crois que la représentativité à l’intérieur des films de superhéros s’améliore, mais lentement. Des films comme Black Panther sont fantastiques, puisqu’ils ouvrent des portes vers des perspectives plus complexes au sein de l’univers Marvel», soutient Naja Later, professeure à l’université de Melbourne, en Australie, et spécialiste de l’univers des superhéros.

Selon elle, la présence des femmes devrait également s’accroître au fur et à mesure que la popularité du phénomène grandit. Elle reconnaît que des films à succès comme Wonder Woman et Captain Marvel devraient être plus nombreux.

«Ces films sont encore considérés comme surprenants, puisqu’ils mettent en scène des femmes exceptionnelles», soutient-elle.

La réussite de ces films témoigne tout de même de la plus grande ouverture des studios, qui sont prêts à prendre le risque de présenter ces personnages au grand public. Leur succès devrait se prolonger au cours des prochaines années et provoquer l’apparition d’autres nouveaux visages.

«Les studios ont compris qu’ils peuvent prendre des risques avec des héros qui ne sont pas des hommes blancs appelés Chris», conclut Naja Later.