Culture

TLMEP: Sarahmée brise le silence sur le décès de son frère Karim Ouellet 

La rappeuse Sarahmée pour son nouvel album, Poupée russe. Photo: Josie Desmarais/Métro

Pour la première fois depuis le décès tragique de son frère Karim Ouellet, la rappeuse Sarahmée a brisé le silence en revenant sur l’événement douloureux qui a secoué sa famille lors de son entrevue à l’émission Tout le monde en parle diffusée en direct dimanche soir. 

«C’est difficile de trouver les mots. Il n’y a pas vraiment de mot pour cette perte-là. On s’accroche à la musique, aux belles choses, aux beaux souvenirs et je l’ai [Karim] avec moi tout le temps», a-t-elle affirmé. 

Karim Ouellet a été retrouvé sans vie dans son logement de Québec le 17 janvier dernier. Une enquête du coroner est toujours en cours pour élucider les circonstances entourant sa mort.

Dès l’annonce de son décès, le chanteur a reçu une pluie d’hommages. «Je savais que les gens aimaient mon frère, mais à ce point-là… Ça a traversé les océans!», a souligné sa sœur Sarahmée à Tout le monde en parle.

La rappeuse était invitée sur le plateau de l’émission, car elle vient de lancer un vidéoclip avec Fouki pour la chanson Quand la route est longue, tirée de son récent album Poupée russe. La sortie du vidéoclip avait été décalée en raison du décès de son frère.

Sarahmée, qui est juge à l’émission La fin des faibles de Télé-Québec, a aussi réitéré combien elle n’aimait pas l’expression «rap féminin» qui, selon elle, est péjorative. Elle est d’avis que ce concept n’existe simplement pas et qu’une femme qui rappe fait du rap au même titre qu’un homme. 

Le fait de genrer la musique, ça rappelle aux spectateurs «attention c’est une femme»!

Sarahmée

L’espoir de Dany Laferrière

Était aussi à l’émission Dany Laferrière pour son nouveau livre dessiné Sur la route avec Bashō. Dans cette œuvre qui sera disponible dans les librairies du Québec cette semaine, l’écrivain d’origine haïtienne rend hommage à une de ses inspirations, le moine-poète japonais du 17e siècle Bashō.

Questionné sur les récentes controverses entourant le «mot en N» et son usage, Dany Laferrière a notamment laissé entendre qu’il serait impossible de renommer son célèbre roman Comment faire l’amour à un nègre sans se fatiguer comme l’a été celui d’Agatha Christie Ils étaient dix

«Est-ce qu’on va en finir un jour avec le racisme?», lui a demandé Guy A. Lepage. Ce à quoi l’écrivain a répondu plein d’espoir qu’on y serait bien obligés. «À un moment donné, on va apprendre qu’il faut arrêter de juger quelqu’un par sa couleur», a-t-il affirmé.

Les autres convives sur le plateau étaient le trio d’hôtes de La soirée est (encore) jeune, Jean-Philippe Wauthier, Olivier Niquet et Jean-Sébastien Girard, qui tirera sa révérence le 8 mai prochain; la comédienne Mélissa Désormeaux-Poulin, qui interprète des rôles dans les séries Lac-Noir, Classé secret, Survivre à ses enfants et la voix de Mamanie dans le dessin animé Bébéatrice; le ministre de l’Environnement et du Changement climatique, Steven Guilbeault, et les porte-parole du nouveau marchand de bières de microbrasserie Tite Frette, Gildor Roy, qui animera la saison 3 de La tour, et Michel Barrette. 

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet