Formation et emplois

Par passion pour le jeu vidéo

Frédéric Khalkhal - Métro

Le level designer est l’un des nombreux artisans qui participent à la conception d’un jeu vidéo.
«C’est celui qui amène les idées brutes pour les concrétiser dans un espace virtuel. C’est un peu comme un architecte qui doit définir un plan de travail sur lequel on se basera pour bâtir la structure», explique Nicholas Duclos, level designer chez Ubisoft.

Comme son nom l’indique en anglais, le level designer conçoit les niveaux des jeux vidéo. Il trace l’ébauche des paysages, scénarise le parcours du personnage principal, place les différents ingrédients de ce qui fera ou non le succès d’un jeu.

D’autodidactes à diplômés
Longtemps, la profession a été formée d’autodidactes. Aujourd’hui, plusieurs écoles proposent une formation. Le campus Ubisoft, ICARI, Inter-Dec, l’INIS ou encore le Centre NAD, par exemple, donnent un enseignement spécifique aux futurs professionnels. «Il y a de plus en plus de formations privées, mais elles sont assez chères. Elles couvrent aussi un éventail plus large que ce que propose le campus Ubisoft qui, lui, se concentre sur le jeu vidéo», précise Nicholas Duclos.

Les formations requièrent un secondaire 5 avec des mathématiques fortes. Elles varient d’un an pour Ubisoft à trois ans pour un DEC technique, souvent en animation 3D.

En termes d’évolution, les perspectives du level designer vont vers le poste de directeur technique en level design (DTLD) ou encore celui de chef d’équipe des level designers. Il pourra aussi migrer vers la profession de game designer.   

Pour Nicholas Duclos, «le level designer est le point central autour duquel vont graviter les animateurs, les modeleurs, les programmeurs ou encore les intégrateurs d’un jeu vidéo. Il faut donc, pour exercer ce métier, savoir travailler en équipe, ne pas avoir peur de poser des questions, accepter la critique et toujours être curieux.»

Articles récents du même sujet