Évasion, loisirs et plein air

La Comarca de San Blas : petit paradis panaméen

Marc Rigole, Guides de voyage Ulysse

Située le long de la côte nord-est du Panamá, dans la mer des Caraïbes, la Comarca de San Blas a la particularité d’être la seule province du pays exclusivement habitée par une population autochtone, les Kunas, qui l’appellent aujourd’hui «Kuna Yala», soit la terre des Kunas.

Elle est aussi la seule à être exclusivement administrée par une population autochtone. De ce fait, elle est répertoriée sous l’appellation de comarca, signifiant «région» ou «territoire», et non sous le vocable de «province».

Outre une longue bande de terre d’une largeur moyenne d’à peine 10 km bordant la côte jusqu’à la frontière colombienne, la Comarca de San Blas se compose d’un archipel appelé «Archipiélago de las Mulatas» (l’archipel des mulâtres). Celui-ci est formé de plus de 350 îles ou îlots, dont seuls 60 sont habités. Faute de documents historiques, peu de choses sont connues à ce jour des origines de la nation Kuna, mais, selon certains historiens, il semblerait qu’elle soit originaire de Colombie, d’où elle aurait émigré vers le Darién, près de la côte Atlantique.

Un paradis inviolé
Imaginez plus de 300 îles coralliennes serties dans la mer d’un bleu turquoise intense. Prélassez-vous sur la plage au sable fin et doré à souhait d’une île tout à vous, perdue au milieu de nulle part.

Bercez-vous dans un hamac entre deux palmiers au son du langoureux grincement de leurs troncs caressés par les vents. Plongez dans des eaux cristallines et pénétrez dans un monde aux couleurs intenses d’une variété infinie. Enfin, au loin, admirez ce magnifique collier d’émeraudes que constitue l’impénétrable jungle qui longe le littoral.

Voilà le bref portrait d’une région qui a de quoi satisfaire les rêveurs à la recherche de l’éden perdu. Pourtant, San Blas a bien plus à offrir encore au voyageur en quête de dépaysement. Kuna Yala est en effet avant tout la «terre des Kunas», un peuple souriant et fier de sa culture.

Communauté kuna
L’attrait principal de la Comarca de San Blas est l’extraordinaire présence de la communauté kuna, qui a su préserver tout au long des siècles une culture unique. Les personnes intéressées par la culture indigène pourront ici profiter pleinement, sans trop de difficulté, du vécu des Autochtones.

Aujourd’hui comme autrefois, la pêche, la récolte de noix de coco et la confection de molas, une partie du costume traditionnel porté par les femmes, sont les principales activités des Kunas. Aussi, pour leurs besoins alimentaires, ils partent régulièrement cultiver de petites parcelles de terre situées sur la côte en face des îles.

Le tourisme, en expansion constante dans les îles, ainsi que la vente de molas sont devenus, ces dernières années, une source importante de revenus pour les Autochtones. Contrairement à bien d’autres exemples négatifs à travers le monde, cette «manne touristique» a permis ici la sauvegarde d’une culture et d’une identité propres. Le fait que les chefs des tribus s’opposent à l’installation de grandes chaînes d’hôtels sur leurs îles y contribue certainement.

Les Kunas, ayant lutté durement pour préserver leur culture, en sont très fiers, et il est important de respecter quelques règles afin de ne pas heurter la population locale. D’autre part, la circulation des étrangers étant soumise à l’autorisation des chefs, un guide kuna vous sera automatiquement assigné. Il vous aidera à entrer en contact avec la population et vous servira d’interprète, car, encore aujourd’hui, peu de Kunas parlent l’espagnol. C’est avec ce guide qu’il vous conviendra d’organiser toute visite ou déplacement en dehors de l’île.

Parmi les activités possibles, vous pourrez vous promener à travers le village, explorer de beaux îlots avec des plages de sable fin, pratiquer la plongée, visiter un cimetière kuna ou participer à une excursion dans la jungle. La période de juin à août est à éviter, car ces mois sont pluvieux, et le ciel est alors couvert pratiquement toute la journée.

Contrairement aux Kunas du continent, qui vivent en familles isolées les unes des autres, ceux de San Blas habitent de petits villages constitués de huttes de bambou généralement construites à même le sol et coiffées d’un toit entièrement constitué de feuilles de palmier. Ces dernières années ont cependant vu l’apparition de chapes de béton ainsi que de maisons en dur, mais ces cas demeurent rares (école, hôtels, dispensaire, etc.).

Attention au bikini!
Les Kunas forment un peuple très prude et timide, et ne tolèrent pas le nudisme. Nous conseillons donc aux femmes de porter à la plage un maillot une pièce, le bikini étant considéré comme provoquant.

Si vous désirez photographier une femme ou un enfant, il est impératif de leur demander d’abord la permission (le guide vous aidera). Une somme leur sera ensuite remise. Pour une photo de groupe (permission requise), demandez à votre guide combien il convient de donner. Pour les personnes qui possèdent une caméra vidéo, il est indispensable d’obtenir une autorisation du chef local avant de filmer. Dans le cas d’un accord, une contribution volontaire vous sera demandée.

www.guidesulysse.com

Articles récents du même sujet