09:00 13 mars 2021 | mise à jour le: 13 juillet 2021 à 10:35 Temps de lecture: 3 minutes

Nouvelle franchise Jack le coq: du poulet à l’honneur

Nouvelle franchise Jack le coq: du poulet à l’honneur
Photo: GracieusetéL’intérieur du restaurant Jack le coq à Verdun.

Le premier restaurant de la chaîne Jack le coq qui se spécialise en poulet frit a récemment ouvert à Verdun dans les anciens locaux du Dunkin Donuts sur la Wellington.

Le nom vient du propriétaire, Jacques Gaspo, qui a eu la piqûre de faire du poulet frit à ses amis dans les dernières années. Ces camarades l’ont alors surnommé Jack le coq.  D’ailleurs, M. Gaspo souligne que c’est grâce à sa conjointe, qui a acheté une friteuse sur un coup de tête, qu’il s’est mis à peaufiner sa recette de poulet frit.

Le menu du restaurant situé à l’angle de la rue Willibrod est composé exclusivement de poulet sous diverses déclinaisons. On y retrouve notamment un burger de poulet épicé qui a une couleur rouge vif. «Je voulais lui donner une couleur rouge, juste parce que je suis un peu flyé», lance-t-il. Un secret qui lui aura pris sept mois à développer.

«Le poulet frit les gens connaissent cela, mais ce qui compte, c’est comment on le réinvente pour que les gens quand ils traversent les portes, ils disent ‘‘wow’’

-Jacques Gaspo

Avec son menu 100% poulet, le but du propriétaire est de conscientiser les gens à manger moins de viande rouge pour des raisons environnementales. «On veut réduire la consommation de produits à base de bœuf. J’adore manger un bon steak, mais il y a quand même un enjeu au niveau de la pollution avec les gaz à effet de serre», explique M. Gaspo.

Le poulet, les pains à burger et la plupart des aliments du casse-croûte proviennent du Québec. Un aspect très important pour le Lavallois. Ses quelques bières et bouteilles de vin sont aussi issues de producteurs québécois. Même la musique québécoise est à l’honneur dans le local.

Tendance

Le propriétaire estime qu’il y a présentement une tendance autour du poulet frit. «Il y a toujours eu du poulet frit, et à un moment ça s’est pratiquement tout éteint. Depuis un an ou deux, la bougie s’est rallumée», explique celui qui a ouvert une centaine de restaurants au cours de sa carrière dont la chaîne La belle et le bœuf. 

Il indique toutefois que Jack le coq n’est pas venu de cet engouement. L’idée de restaurants de poulet frit a germé dans l’esprit de l’entrepreneur il y a plusieurs années. D’ailleurs, son projet a été ralenti par la pandémie. Jacques Gaspo a acquis le local à Verdun l’été dernier.

Cette année, il prévoit ouvrir environ sept ou huit Jack le coq, dont prochainement à Laval et dans le Mile-End sur la rue Saint-Viateur. À long terme, une centaine de Jack le coq pourrait naître un peu partout à travers le Québec.

Articles similaires