LaSalle
18:25 7 mai 2020 | mise à jour le: 7 mai 2020 à 18:25 temps de lecture: 3 minutes

COVID-19: les services de garde laSallois s’adaptent

COVID-19: les services de garde laSallois s’adaptent
Photo: GracieusetéLes locaux du CPE La forêt enchantée ont été complètement réaménagés en raison de la pandémie de COVID-19.

Les services de garde rouvriront bientôt leurs portes au public. Déjà certains d’entre eux, comme le CPE La forêt enchantée, accueillent les enfants d’employés des services essentiels du secteur de la santé et ont dû changer brusquement leurs façons de faire.

Depuis le début des mesures de confinement, les ratios, les procédures et la clientèle sont différents, explique la directrice générale de l’établissement, Josie Gemma.

Par exemple, des tout-petits normalement inscrits ailleurs peuvent bénéficier de leurs services durant la pandémie. Les parents n’ont également pas le droit d’entrer contrairement à l’habitude.

«Ça ne fait pas partie de nos valeurs, mais on a suivi les recommandations de Santé Canada et du ministère de la Famille du Québec. On s’est adaptés», dit-elle.

Lorsque le lieu sera rouvert au public, Mme Gemma précise qu’elle devra engager du personnel supplémentaire pour procéder à la désinfection des objets.

«Ce qu’on a appris à l’école, c’est mis de côté pour la sécurité et la santé.» — Mélanie Madore, éducatrice

Selon elle, plus la capacité d’accueil augmentera, plus il sera difficile de respecter une distance de deux mètres entre tout le monde. Les employés utilisent déjà des gants et ils porteront des masques

«Si on se met dans le contexte du CPE, nous on porte le masque pour protéger les enfants, mais ça ne nous protège pas nécessairement. J’ai une équipe formidable, mais qui a peur présentement», soutient-elle.

Réouverture

En vertu de la réouverture à plus grande échelle, des éducatrices s’affairent à réorganiser les locaux du CPE.

Afin d’éviter la contamination, tous les jouets sont lavés régulièrement et ceux qui ne peuvent pas l’être sont désormais rangés.

«Ça va donner un environnement stérile. Est-ce que les enfants qui vont se joindre à nous vont passer une bonne journée?», se questionne-t-elle.

Josie Gemma trouve d’ailleurs que la décision de rouvrir les garderies est prématurée et a peur que des éducatrices tombent malades.

«On se sent comme des cobayes. C’est une expérience. On n’est pas contre, mais cela semble prématuré. On a des doutes sur comment ça va se dérouler», s’exclame la directrice générale.

Cette inquiétude est partagée par l’une de ses éducatrices, Mélanie Madore.

«Il y a une part de nous qui s’inquiète comme le reste de la population. On écoute les directives, mais en garderie, ça va être difficile de respecter les deux mètres. On va essayer de donner le meilleur service qu’on peut», dit Mme Madore, qui accepte tout de même la décision du gouvernement.

Si la pandémie est sous contrôle, les garderies du Grand Montréal pourront rouvrir graduellement le 25 mai. Ce sera une semaine après la réouverture des services de garde en région, prévue le 11 mai.

Articles similaires