Le Plateau-Mont-Royal
14:32 27 avril 2016 | mise à jour le: 27 avril 2016 à 15:05 Temps de lecture: 4 minutes

Festival Mural 2016: programmation haute en couleurs

Festival Mural 2016: programmation haute en couleurs
Photo: Josie Desmarais/Métro

La quatrième mouture du festival Mural, sur le boulevard Saint-Laurent, qui se déroulera du 9 au 19 juin, s’annonce plus chargée et haute en couleurs que jamais, avec l’ajout d’une deuxième fin de semaine musicale, d’installations artistiques à la place principale et d’une foire des artisans bonifiée.

Le festival 2015, le premier à s’étendre sur 11 jours, avait attiré une foule record de plus d’un million de visiteurs. Des grands noms tels Bono avaient même été aperçus dans la zone VIP. Depuis, cet événement d’arts sur la Main, centré sur le graffiti, a fait parlé dans de grandes publications à l’international tels le USA Today, qui grâce à ce festival, a mis Montréal dans son top 10 des villes de street art, avec Berlin et Miami.

«C’est complètement fou. On est rendu 30 à travailler là-dessus à temps plein. Ce rayonnement nous permet de recevoir des porte-folios d’artistes internationaux très intéressants. Ça donne lieu à des choix déchirants», souligne le cofondateur, André Bathalon.

Parmi les nouveautés, l’artiste Felipe Pantone, d’origine argentino-espagnole est responsable de la facture graphique du festival. Il créera également une murale, ainsi qu’une installation artistique.

MURAL_FIDO_2016_FR_Gradient
Le logo du Festival Mural cette année a été conçu par l’artiste Felipe Pantone.

«Ça fait longtemps qu’on voulait faire cela, mais on ne voulait pas mélanger les gens en changeant de logo chaque année. Nous avons atteint une maturité suffisante pour le faire et le fit était tout naturel. Pantone, c’est un artiste old school, qui fait beaucoup de références aux années 80 avec l’arrivée de la technologie», souligne M. Bathalon.

La foire d’artisans sera déplacée sur la portion nord de la rue.

Un total de 20 murales seront conçues en juin.

Des graffiteurs à la renommée internationale sont attendus, cette année encore.

«On a Natalia Rak, une muraliste polonaise, dont la technique me mystifie. Ça a l’air trop facile! Buff monster de Los Angeles, lui est un artiste mélangeant crème glacée et érotisme avec des références aux années 80. Enfin, grâce au consulat général de France à Montréal, on reçoit Fafi, une graffiteuse française», continue le cofondateur.

L’artiste irlandais Maser fera aussi partie du lot.

Programmation artistique variée
Au mois de juin, des installations artistiques éphémères seront installées dans un stationnement faisant office de place principale pour l’événement.

Des artistes feront aussi des installations au sol, dans la rue, comme l’année dernière. Ce sera le cas de Jason Badkin.  Roodsworth, Montréalais d’origine, qui peinturera une œuvre au sol, en collaboration avec Aministie internationale, sur les enjeux entourant les réfugiés.

Des panneaux en bois à trois faces laisseront une dimension pour les «publicités sauvages», des œuvres spontanées des artistes.

Musique
Plus d’une trentaine de musiciens offriront des prestations sur quatre jours, soit les deux fins de semaine du festival. Le hip-hop avait été préféré par les années passées. Le house et la musique électronique auront plus de place lors de ce festival.

«Souvent, le hip-hop coûte moins cher qu’avoir un groupe de trente personnes sur la scène. On veut préserver une atmosphère de Bloc party. On va  toutefois faire plus de places à d’autres styles cette année, notamment avec le renouvellement de notre collaboration avec Fool’s Gold records.»

Nouvelles sources de financement
Le budget du festival a augmenté de 50%, en partie grâce à une collaboration de l’entreprise Fido. C’est la première fois que l’événement, qui a seulement quatre ans d’existence, a un tel type de partenariat.

«C’est certain que ça nous donne les moyens de nos ambitions. Que ce soit une compagnie de cellulaire, en plus, ça tombe sous le sens, parce qu’au final, c’est le média principal de Mural. Chaque personne qui aime et partage sur les réseaux sociaux devient un ambassadeur qui attire ses amis et sa famille sur le site», souligne M. Bathalon.

Le festival veut aussi tirer profit des revenus autonomes, notamment avec la section VIP. Cette année, il sera possible d’acheter des passes pour la journée.

«Ce n’est pas tout le monde qui est disponible pour les 11 jours. Avec la passe à la journée, certains peuvent apprécier les spectacles et des activités exclusives, du réseautage, au moment où ils sont disponibles», indique le directeur général de Mural, Pierre-Alain Benoit.

La passe VIP pour la semaine sera en prévente à 120$, alors qu’il en coûtera 30$ pour la journée.

Articles similaires