Montréal-Nord

L’Éco-quartier est arrivé dans le nord-est

L’Éco-quartier est arrivé dans le nord-est
L’Éco-quartier souhaite mieux desservir le secteur nord-est.

L’Éco-quartier de Montréal-Nord a ouvert son deuxième point de service au cœur d’un secteur qui en avait besoin. Situé au coin du boulevard Rolland et de la rue Pascal, le nouveau local est un autre pas dans la démarche pour améliorer la propreté du secteur nord-est.

« Ça a un élément de proximité, c’est un point de rassemblement pour les corvées, et c’est un endroit pour faire de l’éducation populaire pour que les gens aient une référence pour la propreté dans le secteur », pense la mairesse de Montréal-Nord, Christine Black.

En plus de sensibiliser le voisinage à sa propreté, l’Éco-quartier du nord-est sera un point de collecte permanent pour les nombreux déchets qu’on ne peut laisser sur le bord de la rue comme les appareils électroniques tels les vieux téléviseurs et ordinateurs. Des ateliers et des conférences sur l’environnement y seront également présentés.

« Ce local est désiré [par nous] depuis longtemps puisque les citoyens ici n’étaient pas véhiculés pour nous rapporter leurs ‘’serpuariens’’ [appareils électroniques désuets], même qu’ils n’avaient pas vraiment accès à notre autre local sur Pie-IX à cause du transport, souligne la directrice de la Coop de solidarité Éconord, Julie Demers. » Éconord est mandataire du programme Éco-quartier à Montréal-Nord.

Renforcer la propreté du quartier

L’arrondissement avait dévoilé une stratégie plus tôt cette année pour s’attaquer au problème de propreté dans le secteur nord-est. Il avait découvert que le roulement de locataires et la conception des immeubles expliquaient la quantité importante de déchets qui se retrouvaient sur les terrains privés et publics.

Le Plan propreté nord-est incluait entre autres des brigades de propreté organisées par différents organismes du quartier. L’ouverture du local s’inscrit également dans ce plan.

« Nous patrouilles vont accentuer leur campagne d’informations sur la propreté [dans le quartier] », informe Mme Demers.

La problématique de la propreté avait d’abord été soulevée par des organismes du secteur, dont le Rassemblement des citoyens du nord-est (RACINE). « Les animaux déchirent les sacs et les cols bleus ne peuvent pas tout ramasser, constate son porte-parole Pice-Marc Ntigahera. Là est venue l’idée de la brigade de propreté. On a coordonné les efforts pour expliquer à tout le monde que c’est nécessaire de vivre dans un quartier propre. » Il surnomme cette brigade « les gilets verts ».