Rosemont
18:56 22 juin 2020 | mise à jour le: 22 juin 2020 à 18:56

Objectif atteint pour la campagne «J’aime ma Promenade Masson»

Objectif atteint pour la campagne «J’aime ma Promenade Masson»
Photo: Zoé Magalhaès/Journal de RosemontLa campagne de financement de la Promenade Masson a connu un grand succès.

La campagne menée par la Promenade Masson a atteint 100% de son objectif en seulement quatre jours. En tout, 100 000$ seront reversés aux commerçants et aux organismes communautaires du quartier.

Lancée mardi dernier, la campagne participative «J’aime ma Promenade Masson» avait pour but de soutenir les commerces de l’artère et les organismes locaux.

«On est très contents et reconnaissants du succès qu’a eu cette campagne. Cela témoigne de l’implication de toute la communauté pour soutenir les commerces et organismes locaux», se réjouit Kheir Djaghri, directeur de la Société de développement commercial (SDC) de la Promenade Masson.

En partenariat avec Desjardins, le Groupe Shiller et l’arrondissement de Rosemont―La Petite-Patrie, SDC de la Promenade Masson avait mis en place un système de bons d’achats solidaires.

Pour un don de 20$, les donateurs recevront un bon d’achat de 30$. De plus, pour chaque 20$ dépensés, 20$ seront versés par Desjardins à trois organismes communautaires locaux: l’Association d’aide et loisir pour les personnes à autonomie réduite (ALPAR), Bouffe-Action de Rosemont ou La Maison grise de Montréal.

Un élan de solidarité

Alors que la campagne devait durer un mois, la totalité des bons d’achat ont été vendus en l’espace de quatre jours. Une très bonne surprise pour la SDC et les commerces participants.

Plusieurs commerçants ont aussi eu la surprise de voir tous leurs bons d’achats être très vite vendus. C’est notamment le cas de la Librairie Paulines qui ne s’attendait pas à un tel succès.

«C’est une belle action de mobilisation qui permet aussi de recréer les liens forts qui unissent la communauté. Je pense que c’est aussi un bon moyen pour que les résidents du quartier puissent continuer à acheter local», souligne Pierre Ménard, adjoint à la direction de la Librairie Paulines.

Pour les organismes qui ont été impliqués pour pallier aux effets de la crise sanitaire, cet élan de solidarité est très apprécié. L’ALPAR qui intervient notamment auprès des aînés en perte d’autonomie pourra par exemple continuer son action grâce à ces dons.

«À cause de la pandémie, nous n’avons pas pu organiser notre levée de fonds annuelle. La campagne va donc compenser ce manque et couvrir les frais liés aux activités. Cela témoigne aussi le l’esprit de solidarité du quartier», explique la directrice Josée Lambert.

Articles similaires