Rosemont
17:43 6 août 2020 | mise à jour le: 10 août 2020 à 14:07 temps de lecture: 3 minutes

Des «balades dansées» pour redonner le sourire aux aînés

Des «balades dansées» pour redonner le sourire aux aînés
Photo: Zoé Magalhaès/MétroDe gauche à droite: Huguette Riendeau, Isabelle Poirier, Marie Vallée et Cara Roy.

Entourée de ses danseuses et musiciens, l’artiste Ariane Boulet propose aux aînés des moments doux et légers. Avec les «balades dansées», elle leur offre un peu de répit, le temps de se dégourdir les jambes.

Ariane Boulet est danseuse professionnelle. Depuis six ans, elle travaille auprès des aînés entourée de plusieurs autres artistes. De passage dans les Centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD), ils créent des moments de danse avec les personnes âgées qu’ils rencontrent, une manière de les reconnecter en douceur avec leurs sensations.

Mais, depuis mars, les danseurs ne sont plus permis dans les CHSLD où la pandémie a durement frappé les personnes âgées. En collaboration avec la Santé publique, le projet a alors pris une forme différente et se déploie maintenant dans les résidences pour aînés (RPA).

«Les aînés dans les résidences sont plus autonomes, l’approche est donc un peu différente. Avec les Balades dansées, on se promène au rythme de la musique. La danse vient de manière spontanée à partir de ce que la personne nous propose», explique Mme Boulet.

Réveiller des souvenirs

Afin de faciliter l’échange, les sorties se font en petits groupes. Chaque aîné se retrouve seul avec les musiciens et les danseuses pour un moment privilégié. Guidés par la musique, de petits pas de danses s’esquissent et ouvrent le dialogue.

Aux Habitations Les 2 Volets, dans Rosemont–La Petite-Patrie, Huguette Riendeau s’est prêtée au jeu. Entre deux averses, elle s’est baladée dans les ruelles en compagnie des danseuses Cara Roy et Isabelle Poirier, ainsi que de la musicienne Marie Vallée.

Âgée de 89 ans, Mme Riendeau se remémore des souvenirs. Pour elle qui a élevé seule ses 10 enfants après le décès de son mari, la danse fait resurgir des moments joyeux.

«J’ai toujours aimé la danse, confie-t-elle. Quand j’étais plus jeune, je faisais de la danse en ligne par exemple. Je pouvais danser très longtemps.»

Prendre soin des aînés

Le but des Balades dansées, en plus de favoriser l’activité physique, est d’offrir aux aînés un espace d’expression. Dans le contexte de la pandémie, Mme Boulet et sa troupe ont pu constater les difficultés auxquelles les aînés ont fait face.

«La pandémie a durement frappé les personnes âgées et certaines, après des mois d’isolement pensaient même au suicide», raconte Mme Boulet.

Selon elle, la danse et les activités artistiques devraient être encore plus présentes en milieu de soin et dans les résidences pour personnes âgées pour leur permettre des moments de légèreté.

«Je crois que les générations qui viennent avant nous font partie de notre identité. Nous ne devons pas les oublier, elles ont beaucoup à apporter à la société», souligne la danseuse.

Les Balades dansées auront lieu jusqu’au mois d’octobre. Mme Boulet espère alors qu’elle pourra retourner dans les CHSLD où elle n’a pas pu se rendre depuis le mois de mars.

Articles similaires