Saint-Laurent
06:30 21 mars 2020 | mise à jour le: 20 mars 2020 à 21:06 temps de lecture: 2 minutes

Incertitude pour deux croisiéristes de Saint-Laurent

Incertitude pour deux croisiéristes de Saint-Laurent
Photo: GracieusetéLes quelque 200 Québécois qui sont sur le Celebrity Eclipse voguent vers la Californie.

Le 40e anniversaire de mariage de deux Laurentiens a pris une tournure pour le moins inattendue à bord du Celebrity Eclipse qui s’est dirigé d’abord vers le Chili. Ils sont désormais contraints de voguer en direction de la Californie dans l’espoir de rentrer au pays dans une dizaine de jours.

Aucun cas de coronavirus n’a été recensé sur le bateau jusqu’à maintenant, confirme leur agence de voyages CAA-Québec.

«Comme nous sommes en bonne santé, nous ne sommes pas inquiets, souligne le couple par courriel. Par contre, d’autres passagers sont plus stressés et sont insécurisés par cette situation hors de l’ordinaire.»

Des mesures sanitaires de base sont en place, alors que des gels nettoyants sont disponibles. L’ambiance est bonne, les restaurants demeurent accessibles, les activités et les spectacles sont maintenus à l’horaire.

Comme le reste des quelque 3000 passagers, dont 456 Canadiens, le couple a bien hâte de retrouver son entourage, malgré les communications par téléphone et Internet.

«Nous sommes inquiets pour nos proches qui ont une santé fragile», dit le couple, qui espère pouvoir cuisiner bientôt avec eux, les tartelettes portugaises suggérées par le directeur de la santé publique du Québec, Horacio Arruda.

Aucune garantie

Après plusieurs jours de ravitaillement à Valparaiso, au Chili, effectué par barges puisque tout contact avec la terre ferme est interdit par les autorités locales, les croisiéristes ont pris le large vers la ville de San Diego. Ils espèrent pouvoir y prendre un vol de retour le 30 mars.

Mais la Californie est actuellement en quarantaine. Sous ordre du gouverneur de l’État, ses quelque 40 millions d’habitants sont en confinement total pour limiter la propagation de la COVID-19. Difficile de savoir si le navire pourra accoster et si les passagers auront droit de se rendre à l’aéroport.

«Nous devons composer avec des paramètres qui changent chaque jour, explique le conseiller en communications chez CAA, Pierre-Olivier Fortin. Tout ce qui concerne le rapatriement des Canadiens à l’étranger est une priorité, mais rendu sur place, dans le contexte, c’est de l’inconnu pour nous.»

L’agence est en communication constante avec le ministère des Affaires étrangères.

Articles similaires