Art de vivre

Montréal-Nord investit dans un marché public

Montréal-Nord investit dans un marché public
Photo: Pépinière & Co

Parlez-en en bien, parlez-en en mal… La «grande roue» à un million de dollars de Montréal-Nord ne laisse visiblement personne indifférent.

Certains saluent un investissement aussi ambitieux pour bonifier la collection d’art public de Montréal; d’autres parlent d’une dépense ridicule qui aurait pu servir à bien d’autres choses dans l’arrondissement, particulièrement à la construction de logements sociaux.

Le débat a même fait jaser jusqu’aux États-Unis, où le site Citylab y a récemment consacré un article complet, à quelques semaines de l’inauguration.

Mais qu’on aime ou qu’on déteste cette œuvre du collectif BGL, sa signature monumentale s’inscrit dans une démarche fort louable de l’arrondissement, visant à transformer un no man’s land en milieu de vie, disons, plus convivial… même si l’emprise automobile persistera dans le secteur. Cette mutation urbaine sera encore bonifiée, dès la mi-septembre, par un projet pilote de marché public, qui sera chapeauté par les créateurs d’espaces urbains Pépinière & Co [organisme derrière les jardins Gamelin, le Village au Pied-du-Courant et le marché des Ruelles].

«Il y a beaucoup d’efforts qui viennent d’être consacrés au réaménagement du carrefour Henri-Bourassa–Pie-IX, avec de larges trottoirs et de grands aménagements
paysagers, m’expliquait récemment Jérôme Glad, de Pépinière & Co. L’idée derrière le marché public est de tester une programmation sur ce site pour voir s’il peut devenir un lieu de rassemblement pour la communauté.»

À l’instar des autres kiosques maraîchers qui existent sur l’île, de Prince-Arthur jusqu’à Saint-Henri, le Marché du Nord (c’est ainsi qu’il sera baptisé) visera non seulement à dynamiser le quartier, mais aussi à combattre un désert alimentaire.

«Il y a sans l’ombre d’un doute un problème d’approvisionnement pour des fruits et légumes frais dans ce secteur, poursuit M. Glad. L’arrondissement est préoccupé par cette situation depuis longtemps. L’épicerie la plus proche est à un kilomètre. Ce n’est pas toujours évident pour les résidants de s’y rendre.»

Pour le moment, le marché ne verra le jour que trois week-ends, en collaboration avec 13 jeunes maraîchers qui viennent de la couronne nord de Montréal. Si le public répond bien à l’appel, le projet pourrait toutefois s’inscrire dans une démarche à plus long terme pour restructurer la vie communautaire du quartier.

Et si par hasard le marché ne connaissait pas un grand succès, les structures de bois, spécialement conçues pour lui, seront réutilisées dans les parcs de l’arrondissement pour divers événements.