Culture

On lit quoi cet été?

On lit quoi cet été?
Photo: Getty Images/iStockphoto

Sur le bord de la piscine ou dans le confort de son salon, la lecture d’un bon livre demeure un plaisir qu’on s’offre davantage pendant les vacances. Voici nos coups de cœur à dévorer cet été.

Marcher sur un LEGO et autres raisons d’aimer la vie
Auteur: Stéphan Dompierre
Résumé: Pourquoi j’aime tant la vie alors que tout m’irrite? Je l’ignore. Mais je sais que tu es un peu comme moi, ami lecteur, amie lectrice. Ce livre douloureusement autobiographique est pour toi, je sais qu’il te fera du bien. Tu vois, déjà, tu te sens moins seul(e). Et la solitude, c’est irritant. Presque autant qu’être avec des gens.

Édité par Québec Amérique, 18 $ en librairie

À boire et à manger
Auteure: Caroline Dumas
Résumé: Que ce soit pour un 5 à 7 entre amis, une soirée d’hiver au chalet ou un brunch en famille, vous aurez l’embarras du choix. Sélectionnez des recettes de cocktails, avec ou sans alcool, aux saveurs locales ou exotiques, vintage ou résolument modernes, et mariez-les aux recettes délicieuses et faciles à préparer concoctées par Caroline Dumas. Vous trouverez dans ce livre des petits plats comme la tartine chèvre et mangue, la brochette de champignons au miso, les bhajis à l’oignon, la guédille aux crevettes, la bruschetta, et des cocktails originaux tels que le martini herbacé, le gin tonic revisité, le spritz au kombutcha, permettant de transformer les moments de retrouvailles en évènements épicuriens.

Édité par édito, 28 $ en librairie

Ton absence m’appartient
Auteure: Rose-Aimée Automne T. Morin
Résumé: Rose-Aimée Automne T. Morin a perdu son père quand elle avait seize ans. Atteint d’un cancer, il s’était donné une mission avant de mourir : faire de sa fille la femme qu’il considérait comme parfaite. Une féministe affirmée, égoïste, cultivée, dérangeante. L’auteure comprend aujourd’hui qu’elle s’est fait imposer une personnalité dans l’urgence et, dans cet essai intime, tente de saisir l’héritage laissé par son enfance effrénée.  Mettant ses talents de portraitiste au service de sa quête de sens, elle interroge également six personnes qui ont elles aussi grandi dans un cadre hors de l’ordinaire. Un ouvrage coup-de-poing sur l’identité, porté par une écriture d’une grande vulnérabilité.

Édité par Stanké, 23 $ en librairie

Vi
Auteure: Kim Thuy
Résumé: Mon prénom, Bào Vi, illustrait l’intention de mes parents de «protéger la plus petite». Si l’on traduit littéralement, je suis «Précieuse minuscule microscopique». Comme dans la plupart des cas au Vietnam, je n’ai pas su être à l’image de mon nom. Souvent, les filles qui s’appellent «Blanche» ou «Neige» ont le teint très foncé, et les garçons nommés «Puissance» ou «Fort» craignent les grandes épreuves. Quant à moi, je grandissais sans cesse, dépassant de loin la moyenne et, du même élan, me projetant en dehors des normes.

Édité par Stanké, 15$  en librairie