Soutenez

L’iconique Diane Dufresne lance Fierté Montréal avec… quatre chansons

Diane Dufresne.
Diane Dufresne au spectacle d'ouverture de Fierté Montréal. Photo: Martine Poulin/Fierté Montréal

Si des milliers de personnes étaient rassemblées mercredi soir sur l’Esplanade du Parc olympique pour voir la légendaire Diane Dufresne lancer les festivités de Fierté Montréal, plusieurs ont été déçu.e.s de n’avoir eu droit qu’à seulement quatre chansons. 

Fierté Montréal a voulu faire les choses en grand pour sa 15e édition en invitant la chanteuse iconique qui, presque 40 ans plus tôt, était la première Québécoise à remplir le Stade olympique.

Pour faire un clin d’œil à l‘inoubliable concert Magie rose de 1984, où 55 000 spectateur.trice.s étaient vêtu.e.s de rose, le Stade olympique était éclairé de cette même couleur mercredi soir à la brunante.

L’extravagante Diane Dufresne a entamé son spectacle en interprétant La vie en rose. «La fierté, c’est d’avoir du panache», a-t-elle lancé au public, composé de personnes de tous âges.

La grande dame de la chanson a ensuite poursuivi son concert avec le titre Comme un damné.

Moment fort de la soirée: l’immortelle artiste âgée de 77 ans a offert son succès Oxygène, mais les paroles ont été adaptées: «J’allume le climatiseur» est plutôt devenu «J’allume mon cellulaire».

Quatre chansons… et c’est tout!

Accompagnée seulement d’un piano, Diane Dufresne a terminé son spectacle avec Hymne à la beauté du monde. Elle a ensuite souhaité une «bonne fin de soirée» à ses fans, au grand désarroi de certain.e.s. 

Plusieurs en redemandaient en scandant «Diane! Diane! Diane!», mais le concert tant attendu était bel et bien terminé. Selon l’organisation de Fierté Montréal, il était prévu que la chanteuse interprète seulement quatre chansons. 

Sur les réseaux sociaux, des spectateur.trice.s décu.e.s ont laissé savoir leur mécontentement. 

Sensuel Pierre Kwenders

Juste avant Diane Dufresne, c’est l’auteur-compositeur et DJ Pierre Kwenders qui était sur scène pour réchauffer la foule avec un plus long concert que celui de la chanteuse. 

L’artiste montréalais d’origine congolaise a interprété tout en sensualité plusieurs chansons tirées de son dernier album lancé au printemps dernier, José Louis and the Paradox of Love (via Arts & Crafts), comme Papa Wemba, Kilimanjaro et No no no. Il a aussi offert d’autres de ses succès comme Amours d’été, Heartbeat et Ego.

Parfois accompagné d’une troupe de danseur.euse.s, parfois seul sur scène avec son acolyte Clément Bazin, Pierre Kwenders n’a pas cessé de se déhancher et d’interagir avec son public. 

Pierre Kwenders (crédit: Martine Poulin/Fierté Montréal)

Étaient aussi du spectacle de mercredi soir Les femmes au tambour de Wendake, un groupe d’artistes huronnes-wendates qui présentent des danses et des chants traditionnels, et le Montreal Kiki Ballroom Alliance, issu de la culture ball qui mêle danse, performance et mode.

Les festivités se poursuivent ce soir au Parc olympique avec un spectacle de drag queens, et des concerts gratuits sont prévus toute la semaine. Parmi les têtes d’affiche des autres soirées, on compte Ariane Moffatt, Cœur de pirate, Sarahmée et Laura Niquay. Pour clore le festival, la drag queen la plus populaire au monde, Pabllo Vittar, sera en spectacle dimanche prochain.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.